Message du Directeur exécutif

Message du Directeur exécutif

La couverture sanitaire universelle n’est réalisable que si l’on résorbe les inégalités d’accès aux services de santé

Message du Directeur exécutif de L’Union, José Luis Castro, à l’occasion de la Journée mondiale de la santé

 

Nous célébrons aujourd’hui, le 7 avril, la Journée mondiale de la santé pour faire de la couverture sanitaire universelle une réalité pour tous.

D’après l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), la moitié de la population mondiale n’a pas accès aux services de santé essentiels et le coût des soins a plongé plus de 100 millions de personnes dans l’extrême pauvreté. La campagne menée dans le cadre de la Journée mondiale de la santé vise à étendre l’accès aux soins à un milliard de personnes supplémentaires d’ici 2023.

Il s’agit d’un objectif fondamental qui doit être atteint. Chacun doit pouvoir être en bonne santé et avoir accès aux traitements et aux soins dont il a besoin. Si nous avons tous un rôle à jouer pour promouvoir la santé, c’est à chaque pays et à chaque gouvernement qu’il appartient en dernier ressort de mettre en place des systèmes et des mécanismes fiables pour atteindre cet objectif. Soyons clairs : la couverture sanitaire universelle est un droit fondamental. Mais ce projet n’est réalisable que si l’on résorbe les inégalités d’accès aux services de santé.

Par accès à la santé, nous entendons la mise à disposition de services de santé fonctionnels et de qualité accessibles à tous et qui garantissent un certain niveau de prestation : heures d’ouverture adaptées, personnel dûment formé, etc. L’aspect financier constitue bien entendu un autre facteur essentiel. Être pauvre ne doit pas signifier que l’on ne puisse pas avoir accès aux soins. Chacun devrait pouvoir bénéficier d’un traitement et de soins de qualité sans avoir à s’endetter ou tomber dans la misère. Le coût du transport vers un centre de soins ou de santé ne devrait pas devenir un facteur dissuasif pour aller se faire soigner.

Il existe également des problèmes d’ordre social ou culturel qui dissuadent les personnes d’aller chercher l’aide dont elles ont besoin. C’est le cas par exemple de la stigmatisation, qui décourage les patients par crainte de subir, eux et leur famille, des discriminations. En outre, les services de santé sont amenés à devoir choisir entre traiter tel ou tel patient ou telle ou telle pathologie. Peut-on encore parler d’égalité d’accès aux soins lorsque de tels déterminants sociaux ayant un impact sur la santé sont à l’œuvre ?

Le Directeur général de l’OMS, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré : « Pour moi, la question de la couverture sanitaire universelle est avant tout une question d’éthique. Acceptons-nous que notre prochain meure parce qu’il est pauvre ? Ou que des millions de familles soient acculées à la pauvreté du fait de dépenses de santé catastrophiques et du manque de protection contre le risque financier ? La couverture sanitaire universelle est un droit fondamental. »

Les inscriptions à la 49ème Conférence mondiale de L’Union sur la santé respiratoire, qui se tiendra cette année à La Haye, sont ouvertes depuis la semaine dernière. Ville symbole de la paix, de la justice et de la défense du droit des droits de l’homme, La Haye est un lieu idéal pour faire converger la science, les droits de l’homme et les politiques au service de la santé publique.

Le thème de la conférence, « Rechercher des solutions sociales et politiques pour faire valoir nos droits », nous rappelle que pour éliminer la tuberculose, s’attaquer aux problèmes de santé respiratoire et atteindre les Objectifs de développement durable en lien avec la santé, les interventions de santé publique doivent être coordonnées et fondées sur les droits de l’homme. Le principe selon lequel chacun, où qu’il vive, a droit à la santé sera au cœur de cette conférence. Cela signifie permettre l’accès de tous à la prévention, aux traitements et aux soins partout dans le monde. Nous vous invitons à vous joindre à nous, à apporter vos idées et à faire entendre votre voix dans ce débat de la plus haute importance.

#HealthForAll

Les chiffres cités sont extraits du rapport Tracking Universal Health Coverage: 2017 Global Monitoring Report (en anglais) ; OMS, décembre 2017