Recherche Opérationnelle

La recherche opérationnelle aide les pays à faible et moyen revenu à trouver des solutions locales aux problèmes locaux qui permettent d’insuffler des changements dans les politiques et pratiques.

Centre de Recherche Opérationnelle

De nombreux pays à faible et moyen revenu, en particulier en Afrique, sont confrontés à de graves épidémies de maladies transmissibles, et on assiste également à une progression de ces épidémies dans d’autres régions du monde, notamment en Asie. La capacité à prévenir, contrôler et traiter ces maladies est entravée par la faiblesse des systèmes d’information sanitaire et par un manque de personnel expérimenté pour fournir les informations nécessaires à l’amélioration des politiques et des pratiques.

Le Centre de recherche opérationnelle a été créé pour renforcer les capacités de ces pays en matière de recherche opérationnelle dans le domaine du VIH/sida et de la tuberculose, mais aussi concernant les principales maladies non transmissibles, comme l’asthme, la bronchopneumopathie chronique obstructive, le diabète et l’hypertension. Lire la suite.

Le financement initial qui a permis la création du Centre de recherche opérationnelle a été octroyé par Bloomberg Philanthropies pour la période 2009-2014. En 2011, le Centre de recherche opérationnelle a commencé à recevoir des fonds supplémentaires du Gouvernement britannique par le biais de son Ministère du développement international (DFID). Depuis 2015, le DFID est la seule institution à financer le Centre.

Les programmes SORT-IT et les cours de recherche opérationnelle Union/MSF

En collaboration avec Médecins sans Frontières (MSF), L’Union a développé un cours unique en recherche opérationnelle qui a donné des résultats exceptionnels.

Proposé une première fois en 2009, ce cours comprend trois modules étalés sur neuf à 12 mois. Dans chaque module, les participants doivent réaliser des tâches spécifiques pour pouvoir prendre part au module suivant. A la fin du cours, les participants auront conçu un protocole, mené à bien un travail de recherche, analysé les résultats et rédigé un article scientifique et soumis à une revue à comité de lecture pour publication.

Depuis juillet 2012, L’Union et MSF collaborent avec le programme spécial de recherche et de formation concernant les maladies tropicales de l’OMS. L’ensemble des cours de recherche opérationnelle ont ainsi été regroupés sous l’appellation Programme SORT-IT (Initiative structurée de recherche opérationnelle et de formation). 

Le succès de cette approche est corroboré par les résultats obtenus suite aux 34 cours déjà organisés, auxquels ont assisté 390 participants, dont 354 (90 %) ont franchi toutes les étapes. Au total, 402 articles ont été soumis à des revues à comité de lecture, dont 308 (77 %) étaient sous presse ou publiés au 31 décembre 2016. Quatre cours supplémentaires se déroulent actuellement. Comme en 2015, le programme SORT-IT a été noté A+ en 2016, au terme d’une évaluation réalisée par son bailleur de fonds, le Ministère britannique du développement international (DFID).

Autres aspects importants du cours : i) après sélection, certains participants sont invités à prendre part aux cours suivants en tant qu’enseignants, ce qui leur permet d’acquérir de l’expérience comme formateurs ; et ii) tous les participants qui sont allés jusqu’au bout du programme sont contactés 18 mois après la fin du cours pour vérifier si leurs travaux ont eu un effet sur les politiques et les pratiques et si eux-mêmes ou leur établissement ont continué de mener et de publier des travaux de recherche opérationnelle. Les résultats préliminaires de ces suivis sont très encourageants.

Le cours est également disponible au format vidéo. Pour de plus amples renseignements, voir cette page.

En 2015, le Centre de recherche opérationnelle a mis en place plusieurs cours de courte durée portant sur la collecte de données à l’aide du logiciel EpiData ; l’analyse de données à l’aide du logiciel EpiData ; la recherche documentaire via le moteur de recherche PubMed ; et la gestion bibliographique à l’aide du logiciel Mendeley. Le Centre de recherche opérationnelle propose actuellement de nombreux cours de courte durée en Inde et au Myanmar et prévoit d’en organiser un au Zimbabwe en 2017.

Programme de bourses en recherche opérationnelle

Le programme de bourses en recherche opérationnelle propose des formations et un programme de mentorat à des professionnels de la santé publique qui souhaitent travailler dans la recherche opérationnelle. Le programme propose actuellement des bourses à 23 chercheurs à travers le monde (11 à L’Union, 10 à MSF et deux au Département de la recherche médicale du Myanmar encadrés par L’Union ; plusieurs des boursiers à L’Union travaillent pour des ministères de la santé, à temps plein ou à temps partiel). Les bourses sont financées par le Ministère britannique du Développement international (DFID) et le programme spécial de recherche et de formation concernant les maladies tropicales de l’OMS.

Les boursiers ont été très productifs : au 31 décembre 2016, ils étaient cités 1 237 fois en tant qu’auteurs de projets de recherche, 1 012 fois en tant qu’auteurs d’articles soumis à des revues à comité de lecture et 794 fois en tant qu’auteurs d’articles déjà publiés ou sous presse. Ils avaient animé 317 cours sur la recherche opérationnelle, examiné 232 articles scientifiques pour des revues à comité de lecture, effectué 388 présentations lors de conférences nationales/internationales et reçu 20 aliquotes pour financer leurs recherches.

Étude observationnelle sur un traitement de neuf mois contre la TB-MR en Afrique

L’Union a utilisé la recherche opérationnelle pour tester un traitement contre la tuberculose multirésistante raccourci à neuf mois, dont les résultats se sont révélés concluants à plus de 80 % au Bangladesh, au Cameroun et au Niger. 

L’étude visait à évaluer l’efficacité et la tolérance du traitement administré dans les conditions prévues par le programme. Après avoir subi une série d’examens cliniques et de laboratoire standards, les patients ont reçu un traitement durant lequel ils ont été soumis à une étroite surveillance quotidienne. Leurs réponses cliniques et bactériologiques au traitement ont fait l’objet d’un suivi mensuel qui a duré jusqu’à l’achèvement du traitement et s’est poursuivi sur une période de deux ans. Le protocole de l’étude est disponible ici (PDF 1,32 Mo).

L’étude a été menée dans neuf pays d’Afrique francophone : le Bénin, le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Niger, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo et le Rwanda. Elle a débuté en janvier 2013 après avoir reçu l’approbation de l’Organisation mondiale de la Santé et l’autorisation des comités d’éthique de L’Union et de chaque pays participant. L’étude s’est achevée en 2016 et les résultats ont été présentés lors de la Conférence mondiale de L’Union de 2016 à Liverpool (en anglais).

Les conclusions de l’étude ont montré que 821 des 1 006 patients participants ont été traités avec succès, parmi lesquels 734 ont été guéris. Le schéma thérapeutique a permis d’obtenir des résultats similaires chez les patients infectés par le VIH.

Cette étude a été financée par l’Initiative 5 % d’Expertise-France.

L’étude Transmission investiguée de la tuberculose infantile (TITI)

L’étude observationnelle réalisée par L’Union en Afrique francophone, intitulée TITI (Transmission investiguée de la tuberculose infantile), est menée au Bénin, au Burkina Faso, au Cameroun et en République centrafricaine grâce à un financement accordé par l’Initiative 5 % d’Expertise-France.

Elle consiste à mener une enquête systématique dans les foyers de quelque 2 000 enfants de moins de cinq ans où vivent des patients atteints de tuberculose afin d’identifier ceux présentant un risque de contracter la maladie et les placer sous traitement préventif.

L’étude a débuté en février 2016. Au cours des six premiers mois, 730 enfants ont été identifiés, 670 ont été placés sous traitement préventif et 24 ont été diagnostiqués positifs à la tuberculose avant de recevoir un traitement.