Zimbabwe

Programme IHC achevé dans les sites pilotes urbains au Zimbabwe: Plusieurs enseignements de valeur ont été tirés de ce programme.

La collaboration de L'Union avec les départements sanitaires des villes de Bulawayo et Harare financée par une subvention de la Commission européenne a pris fin en décembre 2012.

Le programme 'Soins intégrés contre le VIH pour les patients tuberculeux vivant avec le VIH/sida' (IHC) mis en œuvre sur une durée de plus de cinq ans avait pour objectif principal de développer des stratégies innovantes pour des services réalisables et durables en matière de TB-VIH qui pourraient être copiés par d'autres départements de santé locaux et par des services de santé locaux à l'intérieur comme à l'extérieur du pays.

Trois cliniques municipales (la polyclinique Mabvuku à Harare et les cliniques Magwegwe et Emakhandeni à Bulawayo) ont été choisies pour mener des activités et des travaux de recherche opérationnelle liés à la co-infection TB-VIH. Ces activités ont été totalement intégrées dans les services sanitaires municipaux fournis par les professionnels de santé employés par les départements des services de santé. Parmi les membres du personnel employés à temps plein, seules les deux coordinatrices de soins infirmiers ont vu leurs postes financés par le programme IHC.

Un taux élevé de patients bénéficiant des soins TBVIH

Les services TB-VIH décentralisés et intégrés pilotés au sein des cliniques comprenaient:

  • Le diagnostic et le traitement de la tuberculose, y compris le traitement directement observé chaque jour par le personnel infirmier pendant la phase intensive de traitement de la tuberculose;
  • Le conseil et le dépistage du VIH pour tous les patients tuberculeux à l'initiative du soignant;
  • Le démarrage et le suivi du traitement antirétroviral (TAR) et du traitement préventif au cotrimoxazole (CPT) pour les patients séropositifs;
  • Le dépistage de la tuberculose et du VIH chez les membres de la famille et les partenaires sexuels et la mise sous traitement le cas échéant;
  • La fourniture d'autres soins et d'appui en rapport avec le VIH, tels que le traitement d'autres infections opportunistes, le soutien psycho-social et l'orientation vers des groupes de soutien;
  • Le dépistage régulier de la tuberculose chez les patients fréquentant les cliniques chargées de dispenser les soins pour le VIH et le TAR.

Ces services ont été fournis en grande partie par des infirmiers soutenus par des médecins. De petites rénovations ont été faites dans les sites pilotes afin d'améliorer la ventilation naturelle et le flux des patients.

Des mesures de contrôle de l'infection, en particulier contre la prolifération du bacille de la tuberculose, ont été intensifiées dans ces centres de santé.

Depuis l'accréditation des sites pilotes en tant que sites d'initiation du TAR en 2008, les données préliminaires suggèrent qu'un total de 4.158 patients tuberculeux ont été enrôlés. L'offre du conseil et du dépistage du VIH a été acceptée par au moins 3.701 (89%) patients, dont certains connaissaient leur statut VIH au moment du diagnostic de la tuberculose. Parmi eux, 2.988 (81%) ont été diagnostiqués séropositifs et 2.275 (76%) ont été mis sous TAR. Le taux de patients mis sous TAR a continué à être l'un des plus élevés du Zimbabwe. La couverture du traitement préventif au cotrimoxazole (CPT) était presque universelle.

En 2010-2011, les trois sites pilotes étaient prêts à étendre les services de mise sous TAR à toutes les personnes vivant avec le VIH (PVV) – pas seulement les patients tuberculeux. Un total de 2.933 PVV ont bénéficié des services fournis dans une clinique proche de chez eux. Les membres des communautés concernées ont apprécié ces services d'accès facile qui ne requéraient pas de transport jusqu'à l'hôpital. Au cours d'une enquête, ils se sont prononcés fortement en faveur de l'expansion des services TB et VIH décentralisés à Harare et Bulawayo. Cela a été rendu possible malgré la fin du soutien de la Commission européenne, à travers des fonds du President's Emergency Program for AIDS Relief (PEPFAR) dans les deux villes principales ainsi que dans d'autres villes du pays.

Figure 1 Villes bénéficiant d'activités TB-VIH financées par PEPFAR

Villes bénéficiant d'activités TB-VIH financées par PEPFAR

Rétention aux soins VIH et au TAR

Les tendances dans le domaine de la rétention aux soins VIH et au TAR sont encourageantes. Bien que la mise sous TAR ait été accélérée au fur et à mesure des années, la mortalité précoce parmi les patients tuberculeux séropositifs pose problème. Jusqu'à 67-70% des patients survivent et continuent à adhérer aux soins quatre ans après la mise sous TAR. Pour plus d'information, cliquez ici.

Qu'arrivera-t-il après IHC?

Les services conjoints TB-VIH sont une composante essentielle des recommandations nationales TB et VIH et les sites pilotes deviendront des centres d'excellence où les professionnels de santé d'autres cliniques à Harare et Bulawayo et de sites additionnels soutenus par PEPFAR dans d'autres villes et districts pourront faire leur stage et acquérir une expérience de terrain dans le domaine de la mise en œuvre de services TB-VIH décentralisés et intégrés. L'équipe de L'Union continuera aussi à fournir une supervision de soutien aux sites avec le personnel du département et du Ministère de la Santé et du Bien-être de l'Enfant.

Quels sont les principaux enseignements tirés de la mise en œuvre d'IHC au Zimbabwe?

Ces enseignements comprennent les éléments suivants:

  • Les services TB fournissent un point d'entrée important pour le diagnostic et le traitement du VIH, surtout en Afrique australe;
  • Dans les pays d'Afrique australe où jusqu'aux trois quarts des patients tuberculeux sont également séropositifs, il est important de disposer de professionnels de santé de niveau primaire et secondaire polyvalents qui puissent fournir aux patients à la fois le diagnostic de la tuberculose et du VIH et les services de prise en charge;
  • Des services du diagnostic et du traitement de la tuberculose efficaces et accessibles constituent la base pour des activités TB-VIH, y compris l'intensification du dépistage de la tuberculose parmi les PVV;
  • Le dépistage de la tuberculose du VIH parmi les membres de la famille et les partenaires des patients TB séropositifs doit être renforcé;
  • Des services décentralisés de soins VIH et de TAR pour toutes les PVV, y compris les patients tuberculeux, sont essentiels;
  • Ces services doivent être intégrés dans les services généraux de santé;
  • En plus des formations théoriques en classe, les stages et formations dans les services facilitent l'expansion de services décentralisés et intégrés à de nouveaux sites;
  • La supervision de soutien est un élément clef pour la mise en place et le maintien de services TB-VIH de bonne qualité;
  • La décentralisation de l'enregistrement et de la déclaration des cas pour les activités TB et TB-VIH et l'utilisation locale des données permettent de responsabiliser les services au niveau local, ce qui favorise la durabilité et la qualité des services.

Pour plus d'information concernant les enseignements tirés d'IHC, veuillez vous référer au guide de L'Union intitulé 'Implementing Collaborative TB-HIV Activities, A Programmatic Guide' et au résumé des enseignements.