Rétrospective 2018

Les principales activités de L’Union pendant l’année écoulée.

Union President Dr Jeremiah Chakaya Muhwa addresses the high-level delegation at the UN HLM on TB in New York in September
Le Président de L’Union, Dr Jeremiah Chakaya Muhwa, lors de son allocution à la réunion de haut niveau des Nations Unies sur la tuberculose en septembre à New York

Le Président de L’Union, Dr Jeremiah Chakaya Muhwa, s’est adressé aux plus hauts responsables lors de la toute première réunion de haut niveau des Nations Unies sur la tuberculose, qui s’est tenue à New York le 26 septembre.

« Nous savons tous que la pauvreté est le principal moteur de la tuberculose et qu’elle influence d’autres facteurs comme la dénutrition, l’abus d’alcool, les mauvaises conditions de logement et les environnements de travail à haut risque », a-t-il déclaré.

« Nous savons donc que l’élimination de cette maladie ne dépend pas des seuls acteurs de la lutte contre la tuberculose et que, pour y parvenir, nous avons besoin d’être rejoints par des partenaires au-delà du secteur de la santé », a-t-il ajouté.

Cette réunion historique s’est conclue avec l’adoption d’une déclaration politique assortie d’objectifs précis et mesurables devant être atteints à l’horizon 2022. En adoptant cette déclaration, les dirigeants des pays signataires ont démontré qu’ils reconnaissent le rôle essentiel qu’ils doivent jouer dans la lutte contre la tuberculose.

La 49ème Conférence mondiale de L’Union sur la santé respiratoire à La Haye (Pays-Bas) était placée sous le thème « Rechercher des solutions sociales et politiques pour faire valoir nos droits », soulignant ainsi la nécessité d’adopter une approche centrée sur les personnes pour éradiquer les maladies respiratoires, réduire le tabagisme et améliorer les systèmes de santé à travers le monde.

Parmi les invités figuraient Son Altesse impériale la Princesse Akishino du Japon et Son Altesse Royale la Princesse Margriet des Pays-Bas, aux côtés de quelque 4 000 délégués venus des quatre coins du monde. Étalé sur quatre jours, le programme scientifique comprenait des séances plénières, des symposiums et des présentations de résumés par des spécialistes mondiaux.

Her Imperial Highness Princess Akishino of Japan and Her Royal Highness Princess Margriet of The Netherlands arrive to the Union World Conference Inaugural Ceremony.

Son Altesse impériale la Princesse Akishino du Japon et Son Altesse Royale la Princesse Margriet des Pays-Bas arrivent à la cérémonie d’ouverture de la Conférence mondiale de L’Union.

Angelina, a nine-year-old TB survivor from South Africa, shares her experience during a press conference at the Union World Conference.

Angelina, neuf ans, ancienne patiente atteinte de tuberculose originaire d’Afrique du Sud, raconte son parcours lors d’une conférence de presse pendant la Conférence mondiale de L’Union.

La Conférence mondiale de L’Union a été marquée par la présentation de nouvelles données scientifiques et par les engagements politiques urgents découlant de la récente réunion de haut niveau des Nations Unies sur la tuberculose, appelant les dirigeants mondiaux à faire avancer la lutte contre cette maladie.

Une place importante a été consacrée à la tuberculose infantile, avec la présentation d’un ouvrage sur la question « tuberculose infantile et stigmatisation » et l’annonce des résultats obtenus grâce à un nouvel outil qui permet de diagnostiquer la tuberculose chez les enfants en effectuant une analyse des selles. L’Union a également organisé une exposition de photographies qui présente l’histoire de plusieurs enfants et de leur famille au Bénin et en Ouganda, pays dans lesquels L’Union mène des projets pour trouver de nouvelles façons de combattre la tuberculose infantile.

L’Union a publié un rapport intitulé L’épidémie silencieuse : appel à l’action contre la tuberculose infantile qui appelle à des mesures urgentes pour protéger les enfants contre la tuberculose.

Le rapport souligne que près d’un million d’enfants de moins de 15 ans contractent chaque année la tuberculose et que 239 000 d’entre eux – près d’un sur quatre – en décèdent. Et pourtant, la plupart de ces décès peuvent être évités en appliquant des mesures de santé publique simples et peu onéreuses.

L’Union a organisé une exposition de photographies qui présente l’histoire de plusieurs enfants et de leur famille au Bénin et en Ouganda, pays dans lesquels L’Union mène des projets pour trouver de nouvelles façons de combattre la tuberculose infantile. Cette exposition a été présentée à La Haye pendant la 49ème Conférence mondiale de L’Union sur la santé respiratoire.

slide 4

Richemine, un an, photographiée avec ses parents lors d’une visite à son domicile après qu’une tuberculose active a été diagnostiquée à son père. Elle a participé à l’étude TITI de L’Union et a été placée sous traitement préventif.  

slide 5

Un travailleur communautaire du projet DETECT Child TB rend visite à Galiwango, quatre ans, et à sa mère dans leur village. Galiwango et son père ont été diagnostiqués positifs à la tuberculose et ont été placés sous traitement. 

L’Union a invité une délégation de parlementaires à se rendre en Ouganda pour constater directement les résultats obtenus dans la lutte contre la tuberculose infantile grâce à la mise en œuvre de mesures simples. Les neuf parlementaires, venus de cinq pays, se sont rendus dans les districts où est mis en œuvre le projet DETECT Child TB, une initiative qui démontre comment les pouvoirs publics et leurs partenaires peuvent améliorer considérablement la prévention, le diagnostic et le traitement de la tuberculose chez les enfants.

Lors du processus de préparation de la réunion de haut niveau des Nations Unies sur la tuberculose, les parlementaires – tous membres du Groupe parlementaire mondial sur la tuberculose, qui regroupe plus de 2 300 parlementaires engagés dans l’élimination de la maladie – ont sensibilisé les responsables politiques à l’impact dévastateur de la tuberculose chez les enfants.

L’Union a organisé en Ouganda une autre visite à l’intention de journalistes internationaux pour sensibiliser à la tuberculose infantile et présenter les initiatives mises en place pour détecter et traiter les enfants à risque.

À l’occasion de la Journée mondiale de la tuberculose, le 24 mars, les membres et le personnel de L’Union se sont rassemblés à travers le monde autour du thème « Avis de recherche : des chefs de file pour un monde exempt de tuberculose. Vous pouvez changer le cours de l’histoire. Mettons fin à la tuberculose ».

Quelques jours avant la Journée mondiale de la tuberculose, L’Union a organisé au Congrès des États-Unis une rencontre au cours de laquelle d’anciens patients ont pu expliquer aux élus leur combat contre la maladie. Réparti dans dix bureaux à travers le monde, le personnel de L’Union a participé à divers rassemblements et manifestations au niveau local. Les membres de L’Union se sont quant à eux rassemblés pour soutenir les efforts de plaidoyer en vue de la réunion de haut niveau des Nations Unies sur la tuberculose. 

slide 6

Un membre du Programme national béninois de lutte contre la tuberculose porte un t-shirt de la Journée mondiale de la tuberculose.

slide 7

La Directrice scientifique de L’Union, Dr Paula I. Fujiwara, présente le Guide de terrain sur la prise en charge de la tuberculose pharmacorésistante lors d’une conférence de presse pendant la Conférence mondiale de L’Union.

L’Union a publié une nouvelle ressource technique sur la prise en charge de la tuberculose pharmacorésistante. Destiné aux professionnels de santé spécialisés dans la prise en charge clinique et opérationnelle de la tuberculose pharmacorésistante, ce guide constitue un outil pratique qui décrit les étapes permettant de mettre en œuvre et de gérer un schéma thérapeutique de courte durée contre la tuberculose multirésistante.

L’expertise de L’Union concernant ce schéma thérapeutique de courte durée s’appuie sur les études qu’elle a menées en partenariat avec la Fondation Damien et l’Institut de médecine tropicale d’Anvers au Bangladesh, au Bénin, au Cameroun et au Niger, ainsi que sur les enseignements tirés de l’étude observationnelle qu’elle a coordonnée entre 2013 et 2016 dans neuf pays africains francophones à propos de ce schéma thérapeutique.

En 2018, la 22ème Conférence annuelle de la Région Amérique du Nord de L’Union (en anglais) s’est tenue à Chicago (États-Unis) et la 29ème Conférence de la région Moyen-Orient de L’Union  a eu lieu au Caire (Égypte). Organisées par les membres de L’Union, ces manifestations ont rassemblé des membres de l’organisation, des partenaires et d’autres acteurs de la lutte contre la tuberculose et les maladies respiratoires pour discuter de sujets ayant une importance particulière dans la région concernée.

La Région Amérique du Nord s’est concentrée sur les stratégies novatrices en matière d’engagement communautaire et sur l’amélioration des soins axés sur le patient, tandis que la Région Moyen-Orient a mis l’accent sur des questions telles que la pollution de l’air, la qualité de l’air et les troubles du sommeil, en plus de la tuberculose, de l’asthme et les infections pulmonaires.

slide 8

Participantes à la 28ème Conférence de la Région Moyen-Orient de L’Union, organisée en 2015. Les délégués se sont réunis de nouveau au Caire en 2018 pour discuter des stratégies régionales visant à réduire les maladies respiratoires.

slide 9

Le philanthrope et Ambassadeur mondial pour les maladies non transmissibles, Michael R. Bloomberg (à gauche), et le Directeur général de l’OMS, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus (à droite), lors de la Conférence mondiale sur le tabac ou la santé. 

La 17ème Conférence mondiale sur le tabac ou la santé, dont L’Union assure le secrétariat, a réuni des ministres, des invités d’honneur, des chercheurs, des universitaires, des représentants d’ONG et de la société civile, des scientifiques, des professionnels de santé et des responsables politiques venus de plus de 100 pays pour faire avancer la lutte antitabac.

Étaient également présents des représentants de haut niveau, notamment le Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, le Ministre sud-africain de la santé, Dr Aaron Motsoaledi, l’Ambassadeur mondial pour les maladies non transmissibles, Michael R. Bloomberg, et la chef du secrétariat de la CCLAT de l’OMS, Dr Vera Luiza da Costa e Silva, qui ont mis en garde contre les efforts déployés par les géants du tabac pour entraver les progrès de la lutte antitabac à travers le monde. 

L’Union a été choisie, aux côtés de deux autres organisations, pour codiriger un nouveau projet de Bloomberg Philanthropies de 20 millions d’US$ destiné à lutter contre l’influence de l’industrie du tabac, en particulier dans les pays à faible et moyen revenu.

Ce nouveau groupe mondial de surveillance de l’industrie du tabac appelé STOP (Arrêt des organisations et des produits du tabac) publiera des rapports d’enquête détaillant les tactiques de lobbying et les stratégies de marketing de l’industrie du tabac, et créera des outils permettant aux pays de lutter efficacement contre les stratagèmes employés par l'industrie du tabac pour attirer de nouveaux consommateurs et les rendre dépendants à ses produits mortels. 

slide 10

Un homme tient un paquet de cigarettes sur lequel apparaît en évidence une mise en garde sanitaire. Les mises en garde servent à mieux sensibiliser la population aux effets nocifs du tabagisme.

slide 11

Une bénévole du projet Axshya de L’Union rend visite à une femme de 35 ans qui suit un traitement pour une tuberculose extrapulmonaire à New Delhi (Inde). 

L’Union a collaboré avec un vaste réseau de plus de 15 000 bénévoles pour l’aider à fournir un soutien essentiel aux personnes affectées par la tuberculose et le VIH, servir de lien entre la population et les centres de soins, dépister les cas de tuberculose, administrer les traitements jusqu’à leur terme et mener des actions de sensibilisation.

Le projet Axshya de L’Union en Inde et le Programme de soins intégrés contre le VIH au Myanmar s’appuient en grande partie sur des bénévoles pour créer des groupes de soutien, lutter contre la stigmatisation au sein des communautés et encourager les gens à se faire dépister et traiter. La Conférence mondiale de L’Union sur la santé respiratoire fait également appel à des bénévoles pour assister les délégués sur place.

Les résultats de deux projets sur la tuberculose infantile dirigés par L’Union – DECECT Child TB et l’étude TITI – ont été publiés, soulignant l’efficacité de méthodes simples pour identifier les enfants à risque, proposer un traitement à ceux qui en ont besoin et fournir un traitement préventif aux autres.

Les résultats de DETECT Child TB ont montré que les mesures mises en place dans le cadre du projet ont permis de doubler le nombre de cas diagnostiqués et de porter de 5 à 74 % la part d’enfants admissibles à un traitement préventif qui ont pu bénéficier d’un tel traitement.

L’étude TITI de L’Union, qui a porté sur la recherche systématique des sujets contacts afin d’identifier les enfants vivant sous le même toit qu’une personne soignée pour la tuberculose, a permis d’éviter que 2 000 enfants de moins de cinq ans ne développent la maladie au Bénin, au Burkina Faso, au Cameroun et en République centrafricaine. 

slide 12

Roulatou, trois ans, dans un centre de soins antituberculeux au Bénin. Elle attend avec sa mère sa première consultation dans le cadre de l’étude TITI de L’Union sur le traitement préventif de la tuberculose chez les enfants

slide 13

Une femme tient un échantillon d’expectoration pour analyse dans un centre de dépistage de la tuberculose.

Grâce à des camions de dépistage mobiles à la fine pointe de la technologie, L’Union a commencé à proposer des services de proximité indispensables dans plusieurs districts prioritaires, permettant aux équipes d’effectuer des dépistages parmi les populations isolées à haut risque. Les camions disposent d’appareils de radiographie numériques et d’une unité de laboratoire équipée d’appareils GeneXpert qui permettent un diagnostic rapide de la tuberculose. Les équipes mobilisées proposent également des services de dépistage pour des comorbidités courantes comme le VIH et le diabète.

Ces activités sont financées par le projet Challenge TB de l’Agence des États-Unis pour le développement international et par le Fonds mondial. 

La Sous-section Tuberculose zoonotique de L’Union a lancé une campagne de sensibilisation à la tuberculose zoonotique auprès de la communauté pastorale peule de la région d’Ibarapa, dans le sud-ouest du Nigeria, dont les moyens de subsistance dépendent de l’élevage. Les pasteurs peuls vivent dans des régions reculées où l’accès aux services de santé est limité, alors que leurs conditions de travail et de vie les exposent à de nombreuses maladies infectieuses et zoonotiques.

Étaient présents au lancement de l’initiative « Une seule santé Ibarapa Meje » au Nigeria des représentants gouvernementaux et d’ONG, des bergers, des bouchers, des vétérinaires, des universitaires et des étudiants. La cérémonie de lancement s’est accompagnée de discussions sur la sensibilisation ainsi que sur le dépistage et les soins de la tuberculose chez pour les bergers et les bouchers.

slide 14

Des habitants bénéficient d’un dépistage de la tuberculose et d’un bilan de santé lors du lancement de l’initiative « Une seule santé Ibarapa Meje » au Nigeria. 

slide 15

Des enfants participent à la kermesse de L’Union, organisée chaque année pour les enfants vivant avec le VIH au Myanmar 

Le Programme de soins intégrés contre le VIH constitue un dispositif innovant grâce auquel L’Union et ses partenaires contribuent à l’intégration des services de prise en charge du VIH dans les services de santé publique. Il a permis de fournir un traitement antirétroviral à plus de 30 000 personnes au Myanmar.

Outre les prestations de santé, le programme propose à ses bénéficiaires d’autres formes d’aide par le biais de réseaux de soutien et d’événements communautaires, comme la kermesse des enfants, un événement annuel réunissant plusieurs enfants vivant avec le VIH. 

Crédits photos: Télévision en ligne des Nations Unies, Steve Forrest, Marcus Rose, Will Boase, Javier Galeano, avec l’aimable autorisation de la Sous-section Tuberculose zoonotique de L’Union, Bureau de L’Union Myanmar