Un éditorial du Bulletin de l’OMS sur le projet 3P souligne le besoin urgent d’innovation en matière de financement de la R&D

L’édition de mai du Bulletin de l’Organisation mondiale de la Santé comprend un éditorial (Tuberculose et résistance aux antimicrobiens : il faut de nouveaux modèles pour la recherche-développement) signé de plusieurs promoteurs du projet 3P, une nouvelle initiative novatrice en matière de recherche-développement (R&D). Parmi les co-auteurs figurent notamment le Directeur exécutif de L’Union internationale contre la tuberculose et les maladies respiratoires (L’Union), José Luis Castro, et la responsable du projet 3P à L’Union, Grania Brigden.

Fruit d’un partenariat entre plusieurs organisations non gouvernementales, conseils de la recherche médicale, représentants de la société civile et le Gouvernement sud-africain, le projet 3P offre un nouveau cadre de financement destiné à soutenir la mise au point de nouveaux et de meilleurs traitements antituberculeux pouvant être mis à la disposition de toutes les personnes qui en ont besoin. Cette initiative dite des 3P repose sur :

  • l’incitation par l’attrait (pull) en récompensant la recherche par des prix ;
  • la mise en commun (pools) de la propriété intellectuelle et des données ; et
  • les incitations par l’impulsion (push) au moyen de subventions à la recherche.

Le financement de la R&D sur la tuberculose traverse une période de crise. Bien que la tuberculose soit la maladie infectieuse la plus meurtrière au monde (1,4 millions de décès en 2015), le niveau actuel des investissements dans la R&D – 620 millions d’US$ – n’a jamais été aussi faible que depuis 2008. Au cours de la décennie écoulée, seuls deux médicaments ont été homologués : la bédaquiline et le délamanide.

L’éditorial souligne le besoin impérieux de mettre en place des initiatives de recherche collaborative comme le projet 3P pour remédier à ce déséquilibre et soutenir la découverte et le développement d’un schéma thérapeutique d’un mois pouvant être utilisé pour guérir tous les cas de tuberculose.

Point essentiel : le modèle de financement 3P garantira que tout nouveau protocole sera abordable et accessible pour tous ceux qui en ont besoin.

Extraits de l’éditorial :

« Le projet 3P motive les chercheurs en donnant des récompenses financières pour des composés répondant à des caractéristiques de produits prédéfinies et prêts à entrer en phase I des essais cliniques. En associant ces récompenses financières à l’obligation de mettre en commun les données et la propriété intellectuelle, le Projet 3P financera ensuite la mise au point des associations thérapeutiques ».

« Il dissociera ainsi les coûts de la recherche-développement du prix final et du volume des ventes de médicaments, ainsi que le précise la Déclaration politique de la Réunion de haut niveau de l’Assemblée générale sur la résistance aux agents antimicrobiens, garantissant le caractère abordable du traitement ».

L’article a été co-écrit par Grania Brigden et José Luis Castro (L’Union) ; Lucica Ditiu (Partenariat Halte à la tuberculose) ; Glenda Gray (Conseil de la recherche médicale d’Afrique du Sud) ; Debra Hanna (Critical Path Institute) ; Marcus Low (Global Tuberculosis Community Advisory Board) ; Malebona Precious Matsoso (Ministère de la santé d’Afrique du Sud) ; Greg Perry (Medicines Patent Pool) ; Melvin Spigelman (Alliance mondiale pour la mise au point de médicaments antituberculeux) ; Souyma Swaminathan (Conseil de la recherche médicale d’Inde) ; Els Torreele (Campagne d’accès aux médicaments essentiels de Médecins Sans Frontières) ; et Sidney Wong (Médecins Sans Frontières).

Lire l’éditorial dans son intégralité sur le site web de l’OMS.

 

Le projet 3P a récemment été présenté à une réunion-débat de haut niveau au Forum économique mondial sur l’Afrique.

 

Télécharger

Tuberculose et résistance aux antimicrobiens : il faut de nouveaux modèles pour la recherche-développement (PDF 88KB, en anglais).

Actualités