STOP révèle que la Fondation pour un monde sans tabac consacre davantage de budget aux RP qu’aux études scientifiques

Les chercheurs de STOP – un organisme mondial de surveillance de l’industrie du tabac dont L’Union est partenaire – ont publié une analyse de la déclaration de revenus 2018 de la Fondation pour un monde sans tabac, financée par Philip Morris. Un document qui fait la lumière sur les activités de financement de cette organisation.

La Fondation pour un monde sans tabac a été créée en septembre 2017 en qualité d’organisation scientifique visant à « mettre fin plus rapidement au tabagisme », grâce à un engagement financier de Philip Morris International (PMI) s’élevant à 80 millions d’USD par an sur 12 ans. Toutefois, l’analyse de la déclaration de revenus 2018 de la Fondation pour un monde sans tabac, publiée dans la revue The Lancet du 6 juin 2019, indique que l’organisation a consacré seulement 6,46 millions d’USD au poste « subventions et contributions » en 2018, contre 7,6 millions d’USD pour le poste « communications », reversés pour la plupart à des agences de relations publiques.

L’analyse fait également apparaître que 7,03 millions d’USD ont été consacrés à la dotation en personnel, laissant un budget non utilisé de 47,45 millions d’USD. Dans la mesure où seulement 19,2 millions d’USD supplémentaires provenant du financement de PMI ont été affectés à la subvention d’études futures, les chercheurs de STOP ont conclu que la Fondation pour un monde sans tabac semblait avoir du mal à financer des études scientifiques grâce aux fonds versés par l’industrie du tabac.

Malgré les millions dépensés en relations publiques, les études universitaires démontrent que l’organisation bénéficie d’une couverture médiatique largement négative. Lors des six premiers mois d’existence de la Fondation, seulement 20 % des articles d’actualité l’ont présentée sous un jour positif. Durant cette période, la mission et la vision de la Fondation ont été jugées avec « doute, scepticisme et désapprobation » par la majorité de la presse.

Un an après sa création, la Fondation pour un monde sans tabac est toujours financée à 100 % par PMI, même si l’organisation prétend rechercher d’autres sources de financement. Deux bailleurs de fonds de premier plan, Bloomberg Philanthropies et la Fondation Bill & Melinda Gates, ont publiquement désavoué la Fondation pour un monde sans tabac, et il semblerait que d’autres institutions imitent leur exemple. Dans l’analyse publiée par The Lancet, les chercheurs de STOP soulignent la nécessité de suivre les recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé et des acteurs de la santé publique, qui ont déjà rencontré un écho favorable et appellent à éviter toute collaboration avec la Fondation pour un monde sans tabac.

STOP a publié une synthèse des éléments confortant l’idée de plus en plus admise selon laquelle la Fondation pour un monde sans tabac est avant tout une façade pour PMI, tenant davantage d’un « organe de relations publiques majeur » pour le géant du tabac que d’un organisme scientifique indépendant œuvrant à la lutte antitabac.

À propos de STOP (Stopping Tobacco Organizations and Products)

STOP est un organisme mondial de surveillance de l'industrie du tabac qui a pour mission de dénoncer les stratégies et tactiques employées par l'industrie du tabac pour saboter les politiques de santé publique. STOP est financé par Bloomberg Philanthropies et comprend un partenariat entre le Groupe de recherche sur la lutte antitabac de l'Université de Bath, le Centre mondial pour la bonne gouvernance dans la lutte antitabac, le Département Contrôle du tabac de L'Union et Vital Strategies.

 

Actualités