Première édition d’une nouvelle série de webinaires organisés par L’Union pour mobiliser les soutiens à la réunion de haut niveau des Nations Unies sur la tuberculose

L’Union organise une série de webinaires destinés à mobiliser l’expertise de son réseau mondial de membres en vue de la réunion de haut niveau des Nations Unies sur la tuberculose prévue le 26 septembre.

Le premier webinaire, qui s’est tenu le 10 avril, a porté sur l’importance de mobiliser la société civile et d’obtenir une couverture médiatique la plus large possible sur la maladie.

Le webinaire était présidé par le directeur des politiques et de la stratégie à L’Union, M. Paul Jensen. S’exprimant sur le thème de la réunion de haut niveau des Nations Unies sur la tuberculose – « Unis pour éliminer la tuberculose : mobilisation mondiale d’urgence face à une épidémie mondiale » –, M. Jensen a déclaré : « Ce thème renvoie à une question majeure et nous donne pour mandat de rechercher des solutions qui permettent de changer véritablement la donne dans la lutte contre la tuberculose. »

Il a ajouté que la déclaration politique qui sera adoptée à l’issue de la réunion doit absolument prévoir des mécanismes qui obligent les dirigeants à rendre compte de leur action et qui permettent d’agir concrètement : « Nous avons besoin d’une forte participation au niveau des chefs d’État, d’engagements fermes dans la déclaration politique qui sera adoptée à l’issue de la réunion, et nous avons vraiment besoin d’un cadre de responsabilisation solide et efficace », a-t-il prévenu.

Il a confirmé que l’ONU tiendra sa réunion de haut niveau sur les maladies non transmissibles le lendemain, le 27 septembre. Deux journées pendant desquels la santé sera au cœur de l’ordre du jour de l’Assemblée générale, avec en toile de fond la question de la couverture sanitaire universelle.

Est également intervenue lors du webinaire Mme Meaghan Derynck, chargée de projet sur la tuberculose pour le Réseau des militants en faveur du Fonds mondial, à l’International Civil Society Support (ICSS). Elle a souligné l’importance de veiller à ce que la société civile et les communautés affectées participent utilement à l’ensemble du processus de la réunion de haut niveau. Elle a également insisté sur le fait que la déclaration qui en découlera devra tenir compte des préoccupations et des priorités de la société civile. L’ICSS organise une consultation mondiale pour enrichir les activités de plaidoyer menées à travers le monde en vue de la réunion de haut niveau des Nations Unies, et Mme Derynck a invité chacun à y contribuer en apportant son expertise et ses connaissances.

« Il est essentiel que la société civile et les personnes touchées par cette terrible maladie puissent faire entendre leur voix, mais aussi être consultées et largement associées au processus. Leur participation devrait être conséquente et permettre des avancées. Trop souvent, par le passé, la représentation de la société civile et des communautés affectées est demeurée symbolique. Cette fois, elle doit être conséquente et mutuellement bénéfique », a-t-elle expliqué.

Pour de plus amples renseignements sur les consultations communautaires organisées par le Réseau des militants en faveur du Fonds mondial, voir https://bit.ly/2JFIVrh.

Le conseiller principal en communication de L’Union, M. Jove Oliver, a parlé du rôle des médias et de la communication lors de la future réunion de haut niveau de l’ONU, et a invité les participants à agir « comme des professionnels de la communication ». Cela signifie utiliser leurs propres comptes sur les réseaux sociaux pour relayer les messages des acteurs de la lutte contre la tuberculose et aussi réfléchir à la façon dont leurs travaux peuvent être utilisés pour mobiliser les médias sur la question de la tuberculose en cette année décisive.

« La couverture médiatique oriente l’agenda politique. Elle permet d’attirer l’attention des responsables politiques, des missions de l’ONU et des décideurs sur la tuberculose. C’est probablement l’outil le plus efficace dont nous disposons. Mais nous avons besoin de "nouvelles" pour intéresser les médias. J’entends par là de nouvelles études, de nouveaux articles, de nouveaux livres, de nouvelles données, de nouveaux essais, de nouvelles initiatives et de nouvelles figures. Faites-nous part de vos témoignages et de vos expériences pour que nous puissions les communiquer aux médias du monde entier. Une fois que ces témoignages et expériences auront été relayés par la presse, les participants à la réunion de haut niveau de l’ONU n’auront d’autre choix que d’en prendre note », a expliqué M. Oliver.

Plus d’une centaine de membres et collaborateurs de L’Union ont assisté au webinaire. Les membres qui souhaitent proposer des sujets d’article ou de reportage sont invités à prendre contact avec le service communication de L'Union, à l’adresse communications@theunion.org.

Actualités