Pour des services de santé essentiels de qualité accessibles à tous

Aujourd’hui, à l’occasion de la Journée mondiale de la santé (7 avril), L’Union se joint aux appels internationaux en faveur d’une couverture sanitaire universelle afin que chacun à travers le monde puisse avoir accès à des services de santé essentiels de qualité sans être entravé par des contraintes financières.

À l’heure actuelle, la moitié de la population mondiale n’a pas accès à ces services de base. Et le coût des soins a plongé plus de 100 millions de personnes dans la pauvreté. Pour atteindre les Objectifs de développement durable auxquels tant de pays ont souscrit en 2015, l’ensemble des chefs d’État et des dirigeants mondiaux de tous horizons doivent faire de la couverture sanitaire universelle une priorité.

Le Directeur exécutif de L’Union, José Luis Castro, a déclaré : « Chacun doit pouvoir être en bonne santé et avoir accès aux traitements et aux soins dont il a besoin. Si nous avons tous un rôle à jouer pour promouvoir la santé, c’est à chaque pays et à chaque gouvernement qu’il appartient en dernier ressort de mettre en place des systèmes et des mécanismes fiables pour atteindre cet objectif. Soyons clairs : la couverture sanitaire universelle est un droit fondamental. Mais ce projet n’est réalisable que si l’on résorbe les inégalités d’accès aux services de santé. »

Le 26 septembre se tiendra à New York la toute première réunion de haut niveau des Nations Unies sur la tuberculose. Les dirigeants mondiaux et les chefs d’État ont ainsi une occasion unique d’accélérer les progrès dans la lutte contre l’épidémie de tuberculose et d’élargir la prise en charge de la maladie. La mise en place de la couverture sanitaire universelle apparaît comme une étape fondamentale et sera également essentielle pour atteindre l’objectif mondial qui consiste à réduire de 95 % les décès par tuberculose à l’horizon 2035.

Les responsables politiques au plus haut niveau doivent agir de toute urgence pour combattre l’épidémie de tuberculose, en veillant à ce que toutes les personnes touchées par la maladie à travers le monde aient accès à des traitements efficaces. Plus cet accès sera retardé, plus la situation se compliquera. Il est désormais indispensable de financer la recherche-développement pour lutter contre la tuberculose multirésistante, dont 45 % des cas sont concentrés dans seulement trois pays : l’Inde, la Chine et la Fédération de Russie.

Dans les pays où les moyens pour traiter la tuberculose sont limités, les populations les plus fragiles sont aussi les moins bien desservies : à l’échelle mondiale, les nourrissons et les enfants sont les moins susceptibles de recevoir des soins antituberculeux. Et pourtant, chaque année, un million d’enfants contractent la tuberculose et 234 000 décèdent de la maladie, 90 % d’entre eux par manque d’accès aux traitements.

À l’occasion de la Journée mondiale de la santé, L’Union appelle les dirigeants à mener une action concertée au niveau mondial, et fondée sur les droits de l’homme, pour élargir l’accès aux soins et accroître l’investissement dans la recherche-développement.

Actualités