Mise en évidence de nouveaux liens entre la tuberculose et les maladies non transmissibles

Vendredi 28 octobre 2016 (Liverpool, Royaume-Uni) – Une nouvelle série d'études présentées aujourd'hui a mis en évidence des liens entre la tuberculose, une maladie infectieuse, et des maladies non transmissibles telles que l'insuffisance rénale chronique et le diabète. Une étude menée par les Centres de contrôle et de prévention des maladies des États-Unis (Centers for Disease Control and Prevention, CDC) et portant sur 102 072 patients a montré une hausse du nombre de diabétiques chez les patients atteints de tuberculose et une augmentation considérable des frais d'hospitalisation chez ces patients diabétiques. Les résultats ont été présentés lors de la 47e Conférence mondiale de L'Union sur la santé respiratoire organisée à Liverpool, au Royaume-Uni, du 26 au 29 octobre 2016.

« Chaque année qui passe apporte son lot de preuves étayant les liens qui existent entre la tuberculose et les maladies non transmissibles », a déclaré José Luis Castro, Directeur Exécutif de L'Union internationale contre la tuberculose et les maladies respiratoires. « Lorsque l'on voit combien le risque de contracter une tuberculose augmente chez les enfants qui vivent avec des adultes fumeurs, la réduction du tabagisme devient une pièce maîtresse de la lutte contre la tuberculose. »

« Enrayer la tuberculose nécessite d'aborder la lutte par ‘un grand ralliement’ », a affirmé le Dr Paula I. Fujiwara, Directrice scientifique de L'Union. « Nous devons mobiliser les chercheurs, les experts et les communautés confrontés à des problèmes de santé qui ne se limitent pas à la tuberculose mais qui participent clairement à sa progression ».

 

Les annonces scientifiques suivantes ont été présentées aujourd'hui dans le cadre de la 47ème Conférence mondiale de L'Union.

 

Résumé OA-421-28. Tuberculose et diabète : les tendances relatives à l'hospitalisation et l'impact sur les dépenses de santé aux États-Unis    

Une étude menée par les Centres de contrôle et de prévention des maladies des États-Unis (CDC) a relevé que sur les 102 072 patients hospitalisés suite à une primo-infection tuberculeuse aux États-Unis, 16,5 % présentaient également un diabète. Au cours des 12 années de recherche, le taux d'hospitalisation des patients présentant une primo-infection tuberculeuse avec un diabète a augmenté de 27,6 %, tandis que le taux d'hospitalisation pour primo-infection tuberculeuse sans diabète a reculé de 50 %. Cette hausse était exclusivement due à une augmentation des cas de diabète de type 2, dont la prévalence était de 2 à 19 fois supérieure à celle du diabète de type 1, chez les patients hospitalisés pour une primo-infection tuberculeuse. Le traitement pour un patient présentant une tuberculose associée à un diabète s'élevait en moyenne à 20 000 dollars de plus que pour un patient présentant une tuberculose seule.

Résumé OA-423-28. Progression de l'insuffisance rénale chronique et risque de tuberculose : une étude de cohorte

Dans une étude menée par l'institut d'épidémiologie et de médecine préventive de l'université nationale de Taïwan (Institute of Epidemiology and Preventive Medicine), il a été montré que l'insuffisance rénale chronique augmente le risque de contracter une tuberculose. L'étude a été menée entre 2005 et 2015 sur 116 637 participants. Après un suivi médian de 9,2 ans, 884 cas de tuberculose se sont déclarés, suggérant ainsi une relation dose-effet entre la progression de l'insuffisance rénale chronique et le risque de tuberculose. Ces résultats peuvent contribuer à orienter les stratégies de dépistage afin de cibler, à différents stades, les patients atteints d'insuffisance rénale chronique, une maladie dont la prévalence mondiale est en hausse.

 Résumé OA-466-29. Impact de l'exposition à la fumée du tabac à la maison sur le risque d'infection tuberculeuse chez les enfants exposés à la tuberculose dans leur entourage

 

Une étude menée par l'université de Stellenbosch, en Afrique du Sud, a révélé que le risque d'infection tuberculeuse était trois fois plus important chez les enfants exposés à la fumée de tabac environnementale (FTE) à la maison que chez les enfants non exposés. Les résultats permettent de se faire une idée de l'influence que pourraient avoir les programmes de sevrage tabagique sur la réduction des infections tuberculeuses chez les enfants, en particulier dans les milieux à forte prévalence de tabagisme et de tuberculose. 671 enfants (dont l'âge était compris entre 3 mois et 15 ans) récemment exposés à la tuberculose pulmonaire d'un adulte de leur entourage ont été inclus dans l'étude. Parmi les 77 %, soit 513, d'entre eux pour lesquels une exposition à la FTE à la maison avait été rapportée, plus de la moitié présentaient une tuberculose infectieuse (51 % de résultats positifs au test de dépistage cutané de la tuberculose et 57 % de résultats positifs au test plus précis de détection de l'interféron Gamma ou test IGRA). 

Actualités