Malgré un plus haut historique, les fonds alloués à la R&D en faveur de la TB demeurent largement inférieurs à l’objectif fixé par les Nations Unies

Le rapport publié cette semaine par le Treatment Action Group, intitulé Tuberculosis Research Funding Trends 2005 – 2018, dresse l’état des lieux sur le financement de la tuberculose et analyse les tendances en la matière depuis 2005. En 2018, les fonds alloués à la recherche-développement (R&D) en faveur de la tuberculose ont atteint un niveau record de 906 millions d’USD, après trois années d’augmentation continue. Toutefois, ce total représente moins de la moitié du montant nécessaire pour atteindre l’objectif de 2 milliards d’USD, fixé dans la déclaration politique que les dirigeants du monde entier ont signée à l’issue de la réunion de haut niveau des Nations Unies sur la tuberculose en 2018. 

Le Dr Grania Brigden, Directrice du Département Tuberculose de L’Union, a déclaré : « Les fonds alloués à la recherche-développement en faveur de la tuberculose augmentent et c’est encourageant, mais nous sommes toujours terriblement loin du compte. Lors de la réunion de haut niveau des Nations Unies sur la tuberculose en 2018, les dirigeants mondiaux ont signé une déclaration politique dans laquelle ils se sont engagés à mobiliser 2 milliards d’USD par an pour la R&D, mais il n’y a pas encore eu de mesures adéquates prises dans ce sens.

« En réalité, c'est toujours le même petit groupe de bailleurs qui se charge de financer la R&D dans le domaine de la tuberculose. Il s'agit d'une maladie qu'aucun pays au monde n'a réussi à éradiquer, et les pays du monde entier doivent assumer ensemble la responsabilité de cette épidémie commune. Ces objectifs de financement peuvent être atteints si tous les États y contribuent équitablement. Cela suppose de consacrer 0,1 % du budget national en R&D à la tuberculose. Or, seule une poignée de pays fait cela à l’heure actuelle. 

« Ce rapport fait état d’une hausse des financements de la part de certains pays à forte prévalence de tuberculose, et le Conseil de la recherche médicale d'Inde fait partie des dix principaux bailleurs de fonds en matière de R&D pour la tuberculose. Nous nous en félicitons et espérons que le réseau de recherche sur la tuberculose des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) continuera d’œuvrer pour intensifier les efforts d’investissement et de coordination dans ces pays. 

« Il est essentiel d’impliquer les acteurs de la lutte contre la tuberculose dans le domaine de la R&D si l’on veut s’assurer que les produits élaborés répondent effectivement aux besoins des malades et faire en sorte que l’accès à un produit final abordable soit pris en compte au début du processus de R&D. 

« En rendant accessibles les produits issus du processus de R&D (données, propriété intellectuelle et composés), nous pouvons faire en sorte que la recherche en matière de tuberculose soit menée de manière efficiente et collaborative et ainsi mieux accélérer les progrès. Des résultats prometteurs ont été annoncés lors de la 50e Conférence mondiale de l'Union au sujet d’un essai clinique pour un nouveau vaccin antituberculeux, et sept nouveaux composés en phase I ont été développés. Dans ce contexte, il est donc essentiel d’intensifier les investissements et les activités de collaboration si nous voulons pouvoir développer de nouveaux traitements antituberculeux et entreprendre des essais cliniques à grande échelle dans plusieurs pays, lesquels nous permettront d’élaborer de nouveaux outils efficaces pour combattre la tuberculose. »

Ce rapport fait suite à la présentation du nouveau Plan mondial pour éliminer la tuberculose 2018-2022, un plan d’investissement conçu par le Partenariat Halte à la tuberculose pour aider les pays à améliorer leur programme de lutte contre la maladie. Le Plan mondial définit un cadre clair pour permettre aux pays de financer équitablement la R&D en faveur de la tuberculose, ce qui s’avère essentiel pour fournir les nouveaux diagnostics, médicaments et vaccins nécessaires en vue d’éliminer l'épidémie.

Suite à la présentation du nouveau Plan mondial, L’Union a appelé les États à respecter leurs engagements pris dans la déclaration politique adoptée à l’issue de la réunion de haut niveau des Nations Unies 2018, pour éliminer la tuberculose et mettre en œuvre le Plan mondial avec l’urgence qui s’impose face à un défi tel que la tuberculose.

 

Actualités