L’Union se joint à l’appel de MSF à assurer la protection et la sécurité des migrants et des réfugiés en transit

Dans un article intitulé Conflict and Health (Conflit et santé), plusieurs responsables de Médecins Sans Frontières (MSF) et le Conseiller principal en recherche de L’Union, Anthony D. Harries, appellent à assurer la protection et la sécurité des migrants et des réfugiés se déplaçant du corridor des Balkans occidentaux vers l’Europe du Nord.

Entre 2015 et début 2016, plus d’un million de migrants et réfugiés ont transité par les pays des Balkans pour se rendre dans d’autres pays d’Europe. Pour limiter cet afflux, plusieurs pays européens ont adopté des politiques migratoires restrictives, se traduisant souvent par l’installation de clôtures de barbelés et la fermeture des frontières. Entre juillet 2015 et juin 2016, MSF a déployé en Serbie plusieurs centres de santé mentale itinérants qui ont permis de mettre en évidence les violences subies par les migrants et les réfugiés.

Parmi les 992 migrants et réfugiés accueillis dans ces centres, près des trois quarts étaient originaires de Syrie et d’Afghanistan et on dénombrait également plusieurs personnes vulnérables comme des mineurs isolés et des femmes enceintes. Au total, 270 personnes (27 %) ont vécu des événements violents au cours de leur voyage. Des signes de traumatisme physique dus à des actes de violence ont été observés chez 223 personnes (22 %). Dans 65 % des cas, y compris chez les femmes et les enfants, les blessures ont été causées par les autorités (agents de police et gardes-frontière) de pays européens. Pendant ces 12 mois, alors que les frontières étaient demeurées fermées, on a constaté une augmentation des actes de violence.

Ces statistiques font état de graves manquements de la part des pays des Balkans, qui ont pour obligation d’accorder un traitement humain et une protection aux migrants et aux réfugiés. En conclusion, les auteurs soulignent que nous assistons à une « crise en matière de protection et de sécurité des migrants et réfugiés en transit » et que des efforts doivent être consentis pour garantir le respect des principes et des dispositions du droit international et du droit des réfugiés.

En cosignant cet article, L’Union apporte son soutien aux efforts déployés par MSF pour préserver la santé et la sécurité des personnes qui en ont le plus besoin. 

Actualités