L’Union se félicite du nouveau Plan mondial pour mettre fin à la tuberculose 2018–2022

L'Union internationale contre la tuberculose et les maladies respiratoires (L’Union) accueille favorablement le nouveau Plan mondial pour éliminer la tuberculose, présenté mardi 10 décembre à Djakarta (Indonésie) par le Partenariat Halte à la tuberculose.  

Ce Plan mondial réactualisé consiste en un plan d’investissement qui fournit aux pays une feuille de route pour faire évoluer leur programme de lutte contre la tuberculose. Ce document précise les moyens dont disposent les pays pour atteindre les nouveaux objectifs fixés par l'Assemblée générale des Nations Unies en 2018 en matière de traitement, de prévention et de recherche et développement dans le domaine de la tuberculose. La nouvelle version de ce plan est une mise à jour de l’édition 2016-2020.   

« Le Plan mondial est un document de référence qui permet d’accélérer la lutte contre la tuberculose dans le monde entier », souligne Paula I Fujiwara, Directrice scientifique de l’Union et Présidente du groupe de travail du Partenariat Halte à la tuberculose sur le Plan mondial. « L'Union appelle les États à respecter leurs engagements pris dans la déclaration politique adoptée à l’issue de la réunion de haut niveau des Nations Unies 2018, en vue d’éliminer la tuberculose et de mettre en œuvre le Plan mondial avec l’urgence nécessaire à un défi tel que la tuberculose.

Le Plan mondial prévoit neuf programmes d'investissement différents, qui prévoient des mesures prioritaires que les États peuvent adopter en fonction de leur situation épidémiologique particulière. L’objectif de ces programmes d'investissement est double : aider les pays à fournir des soins et des services antituberculeux à 90 % des personnes qui en ont besoin, notamment parmi les populations particulièrement vulnérables à la tuberculose, et atteindre un taux de réussite du traitement de 90 % à l’horizon 2022. Le Plan mondial définit également un cadre clair pour permettre aux pays de financer équitablement la recherche et le développement sur la tuberculose, ce qui s’avère essentiel pour fournir les nouveaux diagnostics, médicaments et vaccins nécessaires en vue d’enrayer l'épidémie.

« L’investissement dans la lutte contre la tuberculose n’est pas seulement une politique de santé publique, mais une intervention justifiée du point de vue économique », explique le Dr Fujiwara. « Comme l’indique clairement le nouveau modèle du Plan mondial, les pays peuvent s’attendre à enregistrer un gain économique de 44 USD pour chaque dollar investi, avec à la clé un bénéfice net mondial de 711 milliards d’USD si le Plan mondial est mis en œuvre dans son intégralité. Investir dans le Plan mondial est une opération gagnant-gagnant pour les États, les communautés touchées par la tuberculose et le monde entier. »

Actualités