L’Union salue le lancement d’un projet collaboratif mondial visant à développer de nouveaux schémas thérapeutiques

L'Union se félicite de l'annonce d'une nouvelle collaboration à l’échelle mondiale entre des organisations philanthropiques, à but non lucratif et issues du secteur privé, qui travailleront de concert pour accélérer la mise au point de nouveaux schémas thérapeutiques capables de soigner toutes les formes de tuberculose.

Grâce à l’expertise et aux ressources mises en commun par l’ensemble de ses membres, le Projet d'accélération des nouveaux traitements contre la tuberculose (collaboration PAN-TB) vise à élaborer de nouveaux schémas thérapeutiques basés sur des médicaments n’offrant pas ou peu de pharmacorésistance, et qui soient sûrs, mieux tolérés, plus courts et plus simples à utiliser que les schémas existants. Ces médicaments feront l'objet d'études d'efficacité clinique de phase 2 afin d'identifier les schémas thérapeutiques prometteurs justifiant un développement plus approfondi.

L'Union préconise la mise en place d’initiatives nouvelles telles que la collaboration PAN-TB, à même d’offrir des solutions face à la complexité des traitements antituberculeux, notamment en ce qui concerne le diagnostic et le traitement de la tuberculose pharmacorésistante. L'Union souligne également l'importance de collaborer avec les communautés affectées par la tuberculose pour veiller à ce que les personnes puissent accéder aux traitements de manière viable et à moindre coût.

La Directrice adjointe du Département Tuberculose de L'Union, Dr Grania Brigden, a déclaré : « Il est encourageant de voir des acteurs de multiples horizons se réunir pour développer un régime thérapeutique capable de soigner toutes les formes de tuberculose.

« Nous attendons avec impatience de nouvelles solutions fondées sur des éléments factuels pour traiter la tuberculose et espérons que les schémas thérapeutiques élaborés dans le cadre de la collaboration PAN-TB seront abordables et accessibles pour toutes celles et ceux qui en ont besoin. La collaboration PAN-TB doit impliquer les pays et les communautés affectés par la tuberculose pour veiller à ce que les nouveaux traitements répondent de manière effective à leurs besoins. »

Le mois dernier, à la 146e session du Conseil exécutif de l'OMS, L'Union s’est également félicitée que la Stratégie mondiale de l’OMS pour la recherche et l'innovation soit inclusive, axée sur les besoins et fondée sur des données factuelles.

Bien que la tuberculose soit à la fois évitable et traitable, l'OMS a indiqué qu’elle était devenue en 2015 la maladie infectieuse la plus meurtrière au monde devant le VIH/SIDA. La résistance aux médicaments demeure un obstacle supplémentaire à l'éradication de la tuberculose : dans son Rapport 2019 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde, l'OMS estime qu'un demi-million de personnes sont tombées malades d'une tuberculose pharmacorésistante en 2018.

Malgré cela, la tuberculose reste une faible priorité pour les laboratoires pharmaceutiques privés, et les financements demeurent largement inférieurs aux 2 milliards de dollars par an jugés nécessaires pour élaborer les outils qui permettraient d'éradiquer la tuberculose.

Si elle parvient à mobiliser les acteurs de la lutte contre la tuberculose et à répondre aux besoins en termes d'accessibilité et de coût des traitements, la collaboration PAN-TB peut jouer un rôle essentiel pour aider à atteindre les objectifs de R&D et à élaborer les outils nécessaires pour éliminer la tuberculose.

La collaboration PAN-TB comprendra dans un premier temps les membres suivants : Evotec, GSK, Johnson & Johnson, Otsuka Pharmaceutical Co., Ltd. (Japon), l’Institut de recherche médicale Bill & Melinda Gates et la Fondation Bill & Melinda Gates.

 

Actualités