L’Union réagit au projet de Philip Morris International pour une « Angleterre sans fumée »

Suite aux informations parues dans la presse britannique selon lesquelles l'une des plus grandes compagnies de tabac au monde, Philip Morris International, souhaiterait voir l'émergence d'une « Angleterre sans fumée » d'ici 2040, L'Union a publié la déclaration suivante :

L’Union internationale contre la tuberculose et les maladies respiratoires (L’Union) est extrêmement préoccupée par les informations parues dans la presse britannique selon lesquelles Philip Morris International souhaiterait voir l’émergence d’une « Angleterre sans fumée » d’ici 2040.

« Les divers articles publiés traitent des nouvelles recherches financées par le cigarettier, qui ne sont qu’une cynique mascarade visant à inciter les gens à utiliser les produits de Philip Morris et à permettre au géant du tabac de s’inviter à la table des décideurs dans le domaine de la santé publique. Philip Morris International commercialise des produits qui engendrent des maladies et des décès prématurés. Cette entreprise n’a pas sa place dans le débat sur la santé publique. Ses futurs projets commerciaux sont motivés par le profit et non par la protection de la santé publique », a déclaré le Directeur exécutif de L’Union, José Luis Castro.

Depuis des décennies, Philip Morris International et les autres cigarettiers se targuent d’arguments pseudo-scientifiques et profèrent des mensonges sur les dégâts sanitaires causés par leurs produits. Chaque année, l’industrie du tabac engrange des milliards de dollars de profits au détriment de la santé de millions de personnes. Les contribuables sont également mis à contribution, puisqu’ils paient les soins et le traitement des personnes qui tombent malades à cause du tabagisme. Et les personnes qui paient le plus lourd tribut sont celles qui en ont le moins les moyens : 80 % des fumeurs à travers le monde vivent dans des pays pauvres. Tous ces faits sont largement connus. Les données sont établies et sont très claires.

En revanche, ce qui l’est moins c’est l’impact des nouveaux produits du tabac sur les taux de tabagisme. On ne dispose pas d’éléments suffisants pour tirer des conclusions sur l’efficacité des cigarettes électroniques et des produits à base de tabac chauffé et non brûlé pour réduire le tabagisme. On ne dispose pas non plus de données probantes sur le long terme concernant les effets de ces produits sur la santé. Dans le même temps, on dispose d’éléments probants indiquant que les enfants sont largement ciblés par ces produits par l’adjonction d’arômes de bonbons et l’utilisation de puissantes campagnes marketing.

En continuant de promouvoir la cigarette électronique et les produits à base de tabac chauffé et non brûlé il existe un risque de rebanaliser le tabagisme et de détourner les pouvoirs publics du véritable travail de santé publique, à savoir investir dans des politiques fondées sur des données probantes qui ont prouvé leur efficacité dans la réduction du tabagisme, tel que recommandé par l’Organisation mondiale de la Santé.

Plus de sept millions de personnes décèdent chaque année en raison des activités de l’industrie du tabac. Par conséquent, le fait que Philip Morris International tente de se positionner comme défenseur de la santé et promoteur de la lutte antitabac ne manque pas d’ironie.

Lisez ici la déclaration de L'Union dénonçant la création d’une « Fondation pour un monde sans fumée » par Philip Morris International

Actualités