L’Union félicite le Tchad pour sa loi visant à empêcher les ingérences de l’industrie du tabac

Le Gouvernement du Tchad a adopté un projet de décret visant à empêcher l’industrie du tabac d’influencer l’élaboration de ses politiques, conformément à l’Article 5.3 de la Convention-cadre de l’Organisation mondiale de la Santé sur la lutte antitabac (CCLAT).

L’Union a fourni une assistance technique au Gouvernement tchadien pour rédiger ce texte législatif d’importance, qui contribuera à protéger la population et l’économie du Tchad face aux méfaits du tabac.

Chaque année, plus de 3 400 citoyens tchadiens décèdent de maladies liées au tabac, tandis que plus de 5 000 enfants et 489 000 adultes continuent de consommer des produits du tabac, selon les chiffres de 2016 communiqués par l’Atlas du Tabac. Au Tchad, les soins et la perte de productivité découlant des maladies liées au tabac coûtent plusieurs millions d’USD aux pouvoirs publics. Dans ce pays, un fumeur qui consomme chaque jour 10 cigarettes des marques les plus connues dépensera en moyenne 27 % de son revenu total annuel pour des produits du tabac.

« Le Tchad a bien progressé ces dernières années sur le front de la lutte antitabac, avec l’adoption d’une loi sur les environnements sans tabac, l’introduction de mises en garde graphiques et l’interdiction totale de la publicité pour le tabac », a déclaré Daouda Adam, consultant de L'Union pour la lutte antitabac en Afrique. « Toutefois, l’ajout de l’article 5.3 de la CCLAT était cruellement nécessaire car l’industrie du tabac cible activement les pays d’Afrique comme le Tchad, qui renferment des marchés inexploités, notamment parmi les jeunes, avec une législation antitabac relativement faible et des terres de premier choix pour la culture du tabac. »

Depuis 2008, L’Union accompagne des activités et projets de lutte antitabac au Tchad, notamment en participant au renforcement des capacités de hauts responsables politiques et de membres des pouvoirs publics, au titre du Programme de dons de l’initiative Bloomberg.

« Je me félicite de cette avancée, qui conforte les progrès déjà réalisés par le Tchad dans la lutte antitabac », a déclaré le Dr Nenodji Mbairo, bénéficiaire de L’Union et Coordinateur du programme national de lutte antitabac au Ministère de la Santé publique. « L’article 5.3 de la CCLAT ne figurait pas dans la loi antitabac adoptée en 2010, mais nous disposons aujourd’hui d’un solide rempart pour protéger cette loi. »

 

Actualités