Les dirigeants mondiaux se réunissent en Uruguay pour renforcer la lutte contre les maladies non transmissibles

Plusieurs responsables gouvernementaux, professionnels de la santé publique, spécialistes de renommée mondiale et militants se sont réunis du 18 au 20 octobre à Montevideo (Uruguay), dans le cadre de la Conférence mondiale sur les maladies non transmissibles organisée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

La conférence était co-présidée par le Directeur général de l’OMS, M. Tedros Adhanom Ghebreyesus, et le Président de l’Uruguay, M. Tabaré Vázquez, lequel est engagé de longue date dans la lutte contre les maladies non transmissibles. Le Directeur exécutif de L’Union, José Luis Castro, a assisté à la conférence sur invitation personnelle du Président Vázquez.

M. Castro et le conseiller juridique de L’Union pour la lutte antitabac, M. Gustavo Sóñora, ont rencontré en privé M. Vázquez avant l’ouverture de la conférence pour discuter de leur action dans la réduction des maladies non transmissibles à travers le monde et du bilan de l’Uruguay en matière de santé publique.

Chaque année, les maladies non transmissibles coûtent la vie à 40 millions de personnes, ce qui correspond à près de 70 % de l’ensemble des décès dans le monde. La plupart sont considérés comme « prématurés » et concernent des personnes de 30 à 70 ans. La majeure partie de la charge de morbidité des maladies non transmissibles est due à quatre maladies : les cancers, les maladies cardiovasculaires, les maladies respiratoires chroniques et le diabète, affections dont les causes ne relèvent pas directement du domaine médical.

La Feuille de route de Montevideo, adoptée par les représentants des gouvernements à l’ouverture de la conférence de trois jours, attire l’attention sur le fait que le problème des maladies non transmissibles dépasse le simple cadre de la santé publique. Pour réduire de manière significative le nombre de décès dus aux maladies non transmissibles, il convient de prendre des mesures multisectorielles qui permettent de s’attaquer aux divers facteurs de risque et déterminants à l’origine de ces maladies, comme le tabagisme, la mauvaise hygiène alimentaire, le manque d’exercice et l’abus d’alcool.

Lors de la conférence, M. Castro a abordé en séance plénière la question de la mobilisation des différents acteurs : « Nous devons revoir notre approche de la lutte contre les maladies non transmissibles car, au-delà du défi sanitaire, ce combat constitue une opportunité pour le développement durable. Nous commençons tout juste à exploiter le potentiel qu’offrent la collaboration avec les secteurs autres que celui de la santé et le fait d’encourager nos alliances nationales et régionales à s’engager dans cette voie », a-t-il souligné.

Lors du débat présidentiel de la conférence, M. Ghebreyesus a déclaré : « Vous avez le pouvoir d’améliorer la qualité de la nourriture que les gens mangent et de l’air qu’ils respirent ainsi que les espaces où ils peuvent se détendre et pratiquer une activité sportive. »

« Cette conférence est une occasion sans précédent de renforcer nos efforts pour réduire la charge des maladies non transmissibles et, ce faisant, de donner aux pays davantage de moyens pour assurer un avenir durable et prospère à leur population », a-t-il poursuivi.

« Nous devons être disposés à engager des discussions difficiles et à prendre des mesures courageuses. Et nous devons être prêts à le faire dès maintenant », a conclu le Directeur général de l’OMS.

Actualités