Le Pérou s'appuie sur la technologie pour favoriser l'observance du traitement de la tuberculose.

L'une des conditions pour qu'un traitement antituberculeux soit efficace est de garantir l'observance des schémas thérapeutiques. À cette fin, une équipe d'ASPAT-Peru, une organisation d'aide et de traitement de la tuberculose à Lima, s'appuie sur la toute dernière technologie pour favoriser l'observance du traitement et assurer une aide aux patients qui suivent un programme de traitement antituberculeux.

Le système de gestion des traitements, baptisé « SIAT-TB »*, est le premier du genre à porter sur l'observance du traitement. Ce système utilise un logiciel unique, développé par ASPAT, qui permet de suivre en temps réel les personnes atteintes de tuberculose bénéficiant d'un traitement dans l'un des centres de santé de Lima.

Le système a démarré sa phase de test en janvier 2017 dans 30 centres. Lors de cette période, le taux d'abandon est passé de 11 à 6 %. De ce fait, il est désormais déployé dans 76 établissements de santé de Lima. Le ministère de la Santé a même conclu un accord afin d'étendre l'initiative à l'ensemble du pays.

Avec ce système, chaque patient sous traitement antituberculeux possède un dossier dans une base de données électronique. Une carte de traitement électronique consigne les médicaments et les posologies correspondantes. En outre, des scanners biométriques enregistrent la présence des patients à la clinique à l'aide de leurs empreintes digitales. Toutes les données sont enregistrées en temps réel. Le logiciel, quant à lui, gère un système d'alertes par SMS qui rappellent aux patients leurs rendez-vous et avertissent immédiatement le personnel de santé en cas d'absence. Si un patient ne se présente pas à son rendez-vous, des messages encourageants lui sont envoyés, comme « Vous pouvez encore vous rendre au centre de soins pour suivre votre traitement ». Ce système vise également à réduire la stigmatisation et à ne pas laisser les patients disparaître pendant des semaines car il repère immédiatement les cas de non-observance.

Robert Popi, responsable technologique d'ASPAT-Peru, était chargé des phases de développement et de test du système. « Mon rôle chez ASPAT consiste à développer l'innovation technologique afin d'améliorer le traitement de la tuberculose et de créer des systèmes permettant d'obtenir des données en temps réel. »

Il ajoute, « La technologie évolue. Le secteur de la santé ne peut pas se permettre d'être à la traîne. Grâce aux informations pertinentes, il est possible d'exploiter les détails sur la santé et la tuberculose afin de prendre de meilleures décisions qui, en fin de compte, profiteront aux patients. »

Melecio Mayta, directeur général, ASPAT-Peru, déclare « Le suivi et l'amélioration de l'observance du traitement sont indispensables pour protéger la santé individuelle et publique. L'un des principaux problèmes au Pérou est la non-observance du traitement. Dans ce pays, 32 % des patients souffrant de tuberculose développent une tuberculose multirésistante. À Lima, ce taux atteint entre 50 et 100 %. Avec ce système, aucun cas de non-observance ne passe inaperçu. De plus, nous connaissons l'état de nos patients à tout moment. »

*SIAT-TB - Sistema Integral de Administración al Tratamiento de la Tuberculosis (Système complet d'administration du traitement antituberculeux)

Pour en savoir plus sur l'ASPAT-Peru, cliquez sur ici

Remarques :

L'Union travaille en étroite collaboration avec des partenaires et des acteurs du monde entier afin de sensibiliser le public aux diverses questions liées à la tuberculose ainsi qu'à ses formes pharmacorésistantes. Cette histoire est tirée d'un voyage au Pérou organisé par L'Union dans le but de réunir médias et informations afin de mettre l'accent sur les questions relatives à la tuberculose dans la région.

La garantie de l'observance du traitement représente un élément clé de la stratégie de lutte contre la tuberculose de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Cette stratégie met en avant la supervision du traitement afin d'aider les patients à prendre régulièrement leurs médicaments et à terminer leur traitement, favorisant ainsi leur guérison et évitant le développement d'une pharmacorésistance. Cette stratégie souligne l'importance de la supervision centrée sur le patient et reconnaît les nombreux obstacles à l'observance, notamment les besoins matériels, émotionnels et en éducation, la stigmatisation et la discrimination ainsi que les facteurs du système de santé.

Pour lire l'article intitulé Stratégie et cibles de la lutte antituberculeuse après 2015, cliquez ici.

Actualités