Le Népal accueille un cours régional de haut niveau sur la lutte antitabac

Plusieurs responsables politiques, représentants de la société civile et journalistes de l’ensemble de la région d’Asie du Sud ont participé à Katmandou (Népal) à un cours de haut niveau de plusieurs jours sur la lutte antitabac. Organisé du 8 au 13 mai par le Bureau de L’Union Singapour, en collaboration avec l’Université Johns Hopkins (États-Unis), le Ministère népalais de la santé et l’ONG Action Nepal, le cours s’est déroulé autour d’un programme intitulé South Asia Tobacco Control Leadership (Diriger la lutte antitabac en Asie du Sud)

Parmi les 75 participants – originaires d’Afghanistan, du Bangladesh, du Bhoutan, d’Inde, des Maldives, du Népal, du Pakistan et du Sri Lanka – figuraient des parlementaires, des hauts fonctionnaires, des journalistes ainsi que des représentants de la société civile et d’organisations professionnelles. La formation visait à transmettre les connaissances nécessaires pour permettre aux participants de renforcer leurs compétences en matière de direction, de favoriser la mise en œuvre de politiques fondées sur des données probantes et de mettre en place des plans de communication pour promouvoir la lutte antitabac. L’un des principaux objectifs du programme consistait également à renforcer la capacité des participants à établir des liens et des partenariats pour améliorer les programmes de santé publique aux niveaux national et régional.

Le tabagisme constitue un grave problème de santé publique dans l’ensemble de la région, où l’on compte certains des pays avec les plus forts taux de tabagisme au monde. Tous les pays représentés lors du cours sont Parties à la Convention-cadre pour la lutte antitabac (CCLAT) de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et sont donc tenus, à ce titre, de promouvoir la lutte antitabac. Mais les progrès sont très inégaux d’un pays à l’autre.

« Le Népal a été choisi pour accueillir le cours car le pays fait figure de chef de file dans la région en matière de santé publique. Il est devenu un modèle pour d’autres pays », a déclaré le Directeur adjoint du Bureau de L’Union Asie-Pacifique, Tara Singh Bam. « Bien que le Népal soit un petit pays en développement, ses dirigeants ont décidé d’accorder la priorité à la santé publique. Il s’agit là d’un exemple intéressant pour former les dirigeants dans le domaine de la lutte antitabac. Les clés du succès au Népal reposent sur la volonté politique, l’élaboration de politiques fortes et la mise en œuvre exhaustive de mesures visant à réduire le tabagisme ».

En 2015, le Népal s’est vu décerner le Prix Bloomberg pour la lutte mondiale antitabac suite à l’adoption d’une loi rendant obligatoire l’apposition de mises en garde sanitaires graphiques sur 90 % de la surface des emballages des produits du tabac, soit les mises en garde sanitaires les plus grandes au monde.

Lors de la cérémonie d’ouverture, le Ministre népalais de la santé, M. Gagan Kumar Thapa, a annoncé que le pays prévoit l’an prochain de relever à 21 ans l’âge légal de vente du tabac et d’instaurer le conditionnement neutre. Il s’est engagé à créer une génération de non-fumeurs à l’horizon 2030. Le Ministre a appelé à une collaboration et à un engagement au niveau régional pour faire progresser la lutte antitabac. Le Secrétaire général de l’Association sud-asiatique de coopération régionale (ASACR), M. Amjad Hussain B. Sial, et le représentant de l’Organisation mondiale de la Santé au Népal, le Dr Jos Vandelaer, étaient également présents.

« Le tabagisme n’est pas uniquement un problème national. C’est aussi un problème régional et mondial et doit donc être traité comme tel », a déclaré M. Sial. « Il doit être traité dans un esprit de collaboration, en mettant en œuvre des stratégies fondées sur des données probantes. La plus efficace de ces stratégies demeure l’augmentation des taxes sur le tabac ».

Bien que mobilisé autour d’élections locales, le Gouvernement népalais a démontré tout au long de la semaine qu’a duré le cours sa volonté politique en matière de lutte antitabac. Plusieurs parlementaires ont prononcé des discours lors des différentes séances, notamment le Ministre de l’agriculture, M. Gauri Shankar Chaudhary, le Secrétaire à l’éducation, M. Shanta Bahadur Shresta et l’ancien Ministre de la santé, M. Khagraj Adhikari. Le Secrétaire à la réforme agraire, M. Krishna P Devkota, et le Directeur général du Département des services de santé du Ministère de la santé, le Dr Rajendra P. Pant, ont assisté à la cérémonie de clôture. 

Actualités