Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus élu Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé

L’Union internationale contre la tuberculose et les maladies respiratoires (L’Union) adresse ses félicitations au nouveau Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, et l’invite à mettre en œuvre les réformes dont l’Organisation a besoin.

C’est la première fois que l’OMS élit un Directeur général originaire d’un pays africain et qui a exercé auparavant comme Ministre de la santé. Le Dr Tedros a mené dans son pays, l’Éthiopie, une réforme du système de santé qui a permis d’obtenir d’importants succès dans la lutte contre la tuberculose.

Lors de son passage au Ministère de la santé (2005-2012), le Dr Tedros a mis en place plusieurs programmes pour améliorer l’ensemble du système de santé de son pays. En début d’année, il avait publié un article soulignant son aptitude à occuper le poste de Directeur général de l’OMS, mettant en avant certaines de ses mesures phares : « J’ai investi dans la création de 3 500 centres de santé et 16 000 dispensaires pour améliorer l’accès aux soins de base dans le pays. Cette mesure a eu impact décisif qui a contribué à réduire la mortalité infantile de deux tiers, les infections liées au VIH de 90 %, la mortalité palustre de 75 % et la mortalité due à la tuberculose de 64 % ».

Son action en faveur du développement des services de prévention et de traitement de la tuberculose a permis d’atteindre les cibles des Objectifs du Millénaire pour le développement relatives à la tuberculose bien avant les échéances fixées.

L’Union se félicite de ces avancées ainsi que des déclarations du Dr Tedros sur la tuberculose et la résistance aux antimicrobiens. Dans une interview à AMR Times, il a déclaré :

« Continuer d’élargir l’accès aux traitements contre le VIH et la tuberculose – et de lutter contre les taux croissants de résistance – doit être l’une de nos priorités dans la lutte contre la résistance aux antimicrobiens. Nous avons accompli des progrès considérables dans le combat contre ces maladies au cours des dernières décennies, et je suis profondément préoccupé par le risque de voir tous ces progrès réduits à néant par la résistance aux antimicrobiens ».

« En 2015, par exemple, l’OMS estimait que plus d’un demi-million de personnes avaient contracté une forme de tuberculose pharmacorésistante nécessitant un traitement, que seuls 20 % d’entre elles avaient accès aux soins [...] et qu’environ la moitié des personnes traitées parvenaient à guérir. Cette crise ne doit pas être sous-estimée et nous devons tout mettre en œuvre pour identifier, surveiller et prendre en charge ces cas de tuberculose pharmacorésistante dans le cadre de notre action contre la résistance aux antimicrobiens ».

La crise Ébola de 2014 a mis en lumière la nécessité de réformer l’OMS. Jugeant cette question « très importante », le Dr Tedros a déclaré : « L’OMS doit être réformée pour renforcer l’efficacité et la transparente de l’Organisation [...]. Je ferai preuve d’un esprit d’ouverture [...]. Pour cela, il faut d’abord être à l’écoute : à l’écoute des faits, des partenaires et de l’ensemble des États membres ».

L’Union se félicite de la perspective d’une réforme de l’OMS dans la continuité de l’effort de transparence amorcé par la Directrice générale sortante, le Dr Margaret Chan. Le Directeur exécutif de L’Union, José Luis Castro, a rappelé cette semaine les mesures que l’OMS doit prendre en priorité pour se réformer.

L’Union a publié une déclaration pour féliciter le Dr Tedros de son élection et se réjouit à l’idée de collaborer avec ce dernier pour aider l’OMS à réformer ses politiques et ses activités de manière à répondre aux besoins de santé des populations à travers le monde.

Le texte énumère également à l’attention du nouveau Directeur général un certain nombre de mesures prioritaires pour réformer l’Organisation : améliorer les processus de gestion, renforcer la capacité de l’OMS à surveiller en temps réel l’évolution de la santé mondiale et les menaces qui pèsent sur celle-ci et renforcer la capacité de l’Organisation à répondre aux crises et aux nouveaux besoins des pays en matière de santé. En début d’année, L’Union avait exhorté l’OMS à revoir sa décision d’exclure M. Tuberculosis de sa liste des « agents pathogènes prioritaires ». Elle ne manquera pas de renouveler sa demande en la soumettant au nouveau Directeur général.

Outre le Dr Tedros, les membres du Conseil exécutif de l’OMS avaient sélectionné deux autres candidats au poste de Directeur général de l’OMS : M. David Nabarro (Royaume-Uni), conseiller spécial auprès du Secrétaire général de l’ONU, et Mme Sania Nishtar, ancienne ministre fédérale du Gouvernement du Pakistan.

Lire le message du Directeur exécutif de L’Union, José Luis Castro, sur la nécessité de réformer l’OMS

 

Actualités