La Géorgie renforce sensiblement son programme de lutte antitabac

À l’occasion de la Journée mondiale sans tabac, le 31 mai, le Parlement de Géorgie a organisé une rencontre de haut niveau pour célébrer l’adoption récente d’une législation nationale visant à réduire le tabagisme ainsi qu’à protéger et promouvoir la santé et le bien-être économique des Géorgiens.

Lors de la rencontre, le Directeur général du Centre national pour le contrôle des maladies et la santé publique, le professeur Amiran Gamkrelidze, et le chef de la Commission des affaires sanitaires et sociales, le Dr Akaki Zoidze, ont présenté la nouvelle législation et ses effets prévus. Ont assisté à la présentation des parlementaires, des ministres et des vice-ministres du Gouvernement géorgien, des représentants d’organisations de la société civile et de la presse nationale ainsi que des partenaires internationaux.

Adoptée début mai, la nouvelle législation permettra de garantir l’interdiction totale de fumer dans tous les lieux publics fermés, de mettre en place le conditionnement neutre, d’interdire toutes les formes de publicité, de promotion et de parrainage en faveur des produits du tabac, d’interdire la participation – directe ou indirecte – de l’industrie du tabac dans l’élaboration des politiques de santé et d’interdire les services de vente de tabac au volant.

Malgré la forte opposition de l’industrie du tabac, le Gouvernement géorgien a continué de renforcer son programme national de réduction du tabagisme. Ces mesures dissuaderont les jeunes de commencer à fumer et inciteront les fumeurs à arrêter de fumer », a déclaré le Directeur du Département Contrôle du tabac de L’Union, le Dr Gan Quan. « Nous félicitons le Gouvernement géorgien et l’encourageons à poursuivre ce travail salutaire ».

L’Union soutient la lutte antitabac en Géorgie depuis 2009 en fournissant une assistance technique et financière grâce à des fonds de l’Initiative Bloomberg pour la réduction du tabagisme. Le conseiller principal de L’Union sur les maladies non transmissibles, le Dr Ehsan Latif, a assisté à la rencontre organisée par le Parlement géorgien.

Cette année, un travail pionnier visant à réformer la fiscalité du tabac – mesure la plus efficace pour réduire le tabagisme – a été entamé en Géorgie. Les ministères de la santé, des finances et de l’agriculture ont travaillé en collaboration pour réduire le tabagisme et se sont engagés à aligner d’ici dix ans le niveau de taxation du tabac sur celui fixé par l’Union européenne. Suite à cela, la Géorgie a été invitée par le Secrétariat de la Convention-cadre pour la lutte antitabac (CCLAT) de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) à participer au projet FCTC 2030, qui vise à aider les pays à atteindre l’Objectif de développement durable 3 et à réduire d’un tiers la prévalence des maladies non transmissibles à l’horizon 2030. Le tabagisme constitue le principal facteur de risque évitable pour les maladies non transmissibles.

La Géorgie figure parmi les pays d’Europe où les taux de tabagisme sont les plus élevés : 57 % des hommes et 7 % des femmes sont fumeurs.

Actualités