Khin Mar Aye : « Le soutien dont j’ai bénéficié m’a aidé à poursuivre mon traitement, même dans les moments difficiles. »

Âgée de 40 ans, Khin Mar Aye vit dans la commune de Ye-U, dans la région de Sagaing (Myanmar). Elle a été diagnostiquée positive à la tuberculose multirésistante (TB-MR) après avoir rencontré, lors d’une séance d’éducation sanitaire, un bénévole intervenant dans le cadre du projet Challenge TB mis en place par L’Union. En constatant sa toux, son état fiévreux et sa perte de poids et d’appétit, celui-ci a immédiatement reconnu les symptômes de la tuberculose.

Khin Mar Aye a ensuite été orientée vers la clinique mobile de la commune de Ye-U – dirigée par l’équipe de soins antituberculeux locale et par celle du projet Challenge TB – où elle a subi une radiographie des poumons ainsi qu’une analyse de l’expectoration. Suite au résultat positif de celle-ci, un test supplémentaire effectué avec un appareil Gene-Xpert a permis de diagnostiquer la TB-MR.

Un traitement lui a été prescrit et au bout de deux semaines, Khin Mar Aye se sentait déjà beaucoup mieux.

Le bénévole à l’origine du diagnostic lui rend visite régulièrement, surveillant les effets secondaires des médicaments et lui apportant un soutien psychologique et social ainsi que des conseils pour veiller à ce qu’elle suive le traitement jusqu’au bout. 

« Le bénévole et le prestataire de soins m’ont aidée à poursuivre mon traitement, même dans les moments difficiles où j’avais du mal à supporter les effets secondaires des médicaments », décrit la patiente. 

Si elle admet que suivre un long traitement peut s’avérer fastidieux, Khin Mar Aye en reconnaît toutefois la nécessité : « Je suis malade depuis de longues semaines, mais je dois m’occuper de mes filles et contribuer au revenu du foyer. Je veux guérir. »

Avant le diagnostic, Khin Mar Aye pensait avoir attrapé un simple rhume ou le virus de la grippe. Elle n’avait jamais rencontré d’autre personne atteinte de la tuberculose et connaissait mal les symptômes de la maladie. Elle s’est ensuite rendue plusieurs fois à la clinique, où on lui a administré des médicaments pour soulager la toux et la fièvre. Mais face à la dégradation continuelle de son état de santé, Khin Mar Aye s’est vue dans l’obligation d’arrêter de travailler. Comme elle n’était plus en mesure d'assurer les tâches ménagères de base, c’est sa fille aînée qui l’a suppléée pendant qu’elle était alitée.

L’époux de Khin Mar Aye a eu du mal à accepter le diagnostic lorsque celui-ci est tombé. Mais le bénévole a tout de même effectué une recherche des sujets contact dans la famille de Khin Mar Aye, analysant des échantillons d’expectoration et des radiographies du poumon pour s’assurer que personne d’autre n’avait été infecté par la maladie. Le projet Challenge TB a aidé Khin Mar Aye et sa famille à couvrir les frais de transport pour se rendre au centre de soins antituberculeux puis à l’hôpital pour le suivi des soins.

Aujourd'hui, le mari de Khin Mar Aye est reconnaissant envers le bénévole et l’équipe du projet Challenge TB pour leur contribution au traitement de son épouse. Il sait désormais ce qu’est la TB-MR et comment il peut aider sa femme et s’occuper d’elle. Pour Khin Mar Aye, le chemin de la totale guérison est long et pénible. Alors, plus on lui apportera de soutien et de motivation, plus elle aura de chances de mener à bien son traitement.

Khin Mar Aye en est à son treizième mois de traitement et son état de santé s’améliore de manière satisfaisante. Elle est reconnaissante envers l’équipe Challenge TB et l’équipe de soins antituberculeux locale pour lui apporter l’aide et le soutien dont elle a besoin afin de poursuivre son traitement jusqu’au bout.

L'Union met en œuvre le projet Challenge TB au Myanmar pour le compte de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID). Ce projet est axé sur la recherche active des cas de tuberculose et organise des séances d'éducation sanitaire dans la région reculée de Sagaing (Myanmar), en collaboration avec le Programme national de lutte contre la tuberculose. Le projet Challenge TB ne pourrait fonctionner sans la participation de 900 bénévoles locaux, qui transportent des échantillons d’expectoration, offrent un réseau de soutien aux patients et à d’autres communautés touchées par la maladie, animent des séances d’éducation sanitaire et jouent le rôle d’intermédiaires entre les communautés et les professionnels de santé.

Actualités