Journée mondiale de la justice sociale : le droit à la prévention de la TB

À l'occasion de la Journée mondiale de la justice sociale, le 20 février, L'Union appelle les dirigeants mondiaux à mettre en œuvre de toute urgence des programmes efficaces de prévention de la tuberculose.

Un article publié cette semaine dans The Lancet Respiratory Medicine sous la direction de Matthew Quaife, de l'École d’hygiène et de médecine tropicale de Londres, et cosigné par le professeur Anthony Harries de L'Union, montre que les résultats sur la santé à long terme, mesurés en « années de vie corrigées de l’incapacité » (AVCI), ont été largement sous-estimés pour la tuberculose.

L'article examine en détail la nature et la gravité des problèmes de santé consécutifs à la tuberculose chez beaucoup d’anciens patients, domaine qui a suscité un intérêt relativement limité jusqu'à présent. Les AVCI permettent de mesurer le nombre d’années de vie perdues pour cause de mortalité prématurée et le nombre d’années vécues avec de l’incapacité.

Le professeur Harries, Conseiller principal du Département Recherche de L’Union, a déclaré : « La tuberculose est une maladie que l’on sait traiter et guérir. Mais cette affirmation ne rend pas compte des séquelles à long terme dont beaucoup de personnes souffrent après avoir été ‘guéries’. Nous devons nous efforcer non seulement de soigner la tuberculose, mais aussi de la neutraliser avant qu'elle ne se déclare. »

« La prise en compte de la santé des patients après la guérison de la tuberculose implique une évolution des priorités dans les programmes de lutte contre la maladie », indique le rapport. « Ainsi, l’impact et la rentabilité des interventions préventives augmenteront parallèlement à la hausse des AVCI évitées par épisode tuberculeux empêché – un indicateur particulièrement pertinent compte tenu des récents essais cliniques et des engagements politiques de haut niveau visant à fournir un traitement préventif à 30 millions d’individus d’ici à 2022. »

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a établi des cibles pour mettre fin à l’épidémie de tuberculose dans le monde d’ici à 2030, tandis qu’en 2018, les dirigeants mondiaux s’étaient engagés à placer 30 millions de personnes sous traitement préventif à l’horizon 2020 lors de la réunion de haut niveau des Nations Unies sur la tuberculose. Plus précisément, les dirigeants mondiaux avaient promis d’atteindre six millions de personnes vivant avec le VIH, quatre millions d'enfants de moins de cinq ans et 20 millions de personnes en contact étroit avec des personnes atteintes de tuberculose.

Mais le monde n’est pas sur la bonne voie pour atteindre ces objectifs. À ce jour, seulement 1,8 million de personnes séropositives, environ 350 000 enfants de moins de cinq ans et 79 000 sujets contacts ont reçu un traitement préventif.

« Cette étude confirme la position de L'Union selon laquelle toute personne – où qu'elle se trouve – risquant de développer la tuberculose est en droit de recevoir un traitement préventif adapté, rapide et efficace. Prévenir la tuberculose partout où nous travaillons n'est pas seulement une mesure de santé publique avisée : chaque être humain a le droit de savoir s'il risque de développer la maladie, et celui de disposer des outils idoines pour éviter de tomber malade », ajoute le professeur Harries.

Deux études de L'Union ont déjà clairement démontré l'efficacité et la légitimité des mesures de prévention de la tuberculose.

  • Les résultats finaux de l’étude TITI de L’Union ont indiqué qu’environ 1 700 enfants de moins de cinq ans avaient pu éviter de développer la tuberculose dans quatre pays d’Afrique francophone grâce à un traitement préventif.
  • Par ailleurs, des projets tels que DETECT Child TB en Ouganda ont prouvé qu’en dotant les équipes médicales des savoirs et outils nécessaires pour diagnostiquer et traiter la tuberculose chez les enfants, et en facilitant l’accès aux soins dans les communautés, la prévention de la maladie chez les enfants issus de régions à faibles ressources est passée de 5 % à 72 % à la fin de la phase pilote.

Lire le récapitulatif de l’OMS pays par pays pour savoir quels pays ont pleinement adopté les mesures de prévention de la tuberculose, et lesquels ont encore beaucoup d’efforts à faire.

Faire progresser la prévention est le thème de la 51ème Conférence de L’Union sur la santé respiratoire, qui aura lieu du 21 au 24 octobre 2020 à Séville (Espagne). Pour rester connecté(e), suivre le compte @UnionConference et utiliser le hashtag #AdvancingPrevention sur Twitter et Facebook.

 

Actualités