Création d'un statut de membre historique dans le cadre de la plus grande révision du système d'adhésion de L'Union en presque 100 ans

Vendredi dernier, lors de l'Assemblée générale organisée dans le cadre de la Conférence mondiale de L'Union sur la santé respiratoire à Liverpool, au Royaume-Uni, les membres se sont exprimés en faveur d'une véritable refonte de la structure d'adhésion de L'Union; une première en 96 ans d'existence!

En avril 2015, inspiré par les réactions de plusieurs membres, le Conseil d'administration de L'Union a initié une révision de la structure et des frais actuels d'adhésion qui a duré 18 mois. Ce processus de consultation a identifié la nécessité de restructurer les frais d'adhésion pour les membres sociétaires ainsi que les droits de vote accordés tout en s'assurant que L'Union continue d'honorer ses partenaires de longue date.

Tous les membres ont participé à cette révision qui a abouti à des recommandations approuvées lors de la réunion du Conseil d'administration qui a eu lieu au mois d'avril. Au cours de l'Assemblée générale, les membres de L'Union ont voté en faveur des changements recommandés à apporter aux structures, aux frais et aux avantages du système d'adhésion.

Selon la nouvelle structure, les organisations partenaires de longue date seront désignées membres historiques, ce qui leur confère un droit de vote plus important par rapport aux autres organismes. À partir de l'année prochaine, ce titre ne sera plus décerné aux nouvelles organisations. Ainsi, les anciens membres pouvant bénéficier de ce nouveau statut ont le temps de renouveler leur adhésion s'ils le souhaitent.

Autre point mis en évidence par la révision, le nombre de votes doit être rééquilibré entre les organisations et les personnes. Ainsi, le système de vote a été restructuré afin d'assurer l'égalité entre les membres sociétaires et individuels.

À l'avenir, la structure d'adhésion sera révisée tous les cinq ans et évaluée en vue de garantir le système le plus approprié à L'Union et à ses membres.

Suite à ces changements, les membres ont voté en faveur d'une modification des statuts et de la Constitution de L'Union en conséquence.

Programme de bourse de recherche du Président

Lors de l'Assemblée générale, le docteur Jane Carter, la Présidente de L'Union, a présenté une nouvelle initiative qui vise à favoriser l'évolution professionnelle des jeunes chercheurs travaillant dans les principaux domaines scientifiques. Cette initiative, intitulée le Programme de bourse de recherche du Président, décernera une bourse par région et une bourse destinée aux infirmier(e)s et aux professions apparentées. Ce programme est réservé aux membres de L'Union âgés de moins de 40 ans. Les premières bourses devraient être accordées en 2017.

Nomination d'un nouveau membre honoraire

Hier, au cours de l'Assemblée générale, le professeur Christopher Kuaban, membre depuis de nombreuses années, a été nommé membre honoraire. Ce statut est donné à vie aux personnes qui se sont distinguées par leur participation active aux opérations de L'Union et à la réalisation de ses objectifs. Les membres honoraires sont des conseillers informels de L'Union sur un vaste éventail de sujets.

Pendant plus de 20 ans, le professeur Christopher Kuaban a joué un rôle important dans le développement du Programme National de Lutte contre la Tuberculose au Cameroun. En 1996, il a lancé un programme moderne de lutte contre la tuberculose afin de pallier le manque de médicaments, de diagnostics et de notifications.

Christopher Kuaban est également un des pionniers de la lutte contre la tuberculose multirésistante (TB-MR). En 2008, il s'est révélé particulièrement courageux lorsqu'il a lancé une étude observationnelle fondée sur un schéma thérapeutique de 12 moins très similaire à celui mis en place au Bangladesh. À ce moment-là, tous, ou presque, estimaient qu'il était impossible de réduire la durée du traitement de la TB-MR. Cette étude de 12 mois a réussi à convaincre les autres pays de l'Afrique francophone de participer à l'étude observationnelle de neuf mois. Grâce à cette preuve fondamentale, l'Organisation mondiale de la Santé a recommandé cette année la mise en place d'un traitement de neuf mois.

Le docteur Christopher Kuaban n'ayant pas pu se rendre à la Conférence, le docteur Dodo Balkissou a accepté la nomination en son nom.

Actualités