Conférence mondiale de l’OMS sur la pollution de l’air et la santé

L’Union s’est jointe à un « Appel à une action urgente » lancé par le Forum international des sociétés de pneumologie (FIRS) lors de la Conférence mondiale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur la pollution de l’air et la santé pour réduire de deux tiers, d’ici à 2030, le nombre de décès annuels dus à la pollution de l’air, qui s’élève actuellement à sept millions.

Aux côtés de maires et de représentants des pays et de la société civile, le FIRS s’est également engagé à participer à la campagne mondiale de plaidoyer « Respire la vie » (BreatheLife2030.org) pour faire appliquer les lignes directrices élaborées par l’OMS sur la qualité de l’air et réduire les émissions ayant une incidence sur le climat.

Organisée à Genève du 30 octobre au 1er novembre 2018, la Conférence mondiale de l’OMS sur la pollution de l’air et la santé était placée sous le thème « Améliorer la qualité de l’air, combattre les changements climatiques – sauver des vies ». La conférence visait à réunir des partenaires mondiaux, nationaux et locaux afin de mettre en commun des connaissances et de mobiliser les énergies pour un air plus propre et une meilleure santé partout dans le monde.

Lors de la séance plénière d’ouverture, la rédactrice en chef du British Medical Journal, Fiona Godlee, a déclaré que lutter contre les changements climatiques et la pollution de l’air permettait d’améliorer considérablement la santé humaine et la qualité de vie et que « si le coût de l’action peut paraître élevé, celui de l’inaction l’est encore bien plus. »

À l’heure où 91 % des habitants de la planète respirent un air pollué, causant quelque sept millions de décès chaque année, des mesures doivent être prises de toute urgence.

« La Conférence de l’OMS sur la pollution de l’air constitue un développement important dans le sillage de la réunion de haut niveau des Nations Unies sur les maladies non transmissibles de 2018, qui, pour la première fois, a mis en évidence le fait que la pollution de l’air représente un risque non négligeable pour la santé. Certes, la pollution de l’air pose un grave problème sanitaire, mais il s’agit d’un problème contre lequel nous pouvons lutter et sa réduction peut apporter des améliorations rapides », a souligné pour sa part le Directeur exécutif du FIRS, Dean Schraufnagel.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la conférence et/ou visionner les vidéos officielles de la rencontre, voir cette page (en anglais)

Actualités