Au Myanmar, L’Union fait baisser par centaines le nombre de transmissions mère-enfant du VIH

Le Bureau de L’Union Myanmar dirige le programme de prévention de la transmission mère-enfant du VIH (PTME), qui vise à réduire l’incidence de la maladie.

Le programme consiste dans un premier temps à détecter la séropositivité pendant la grossesse en soumettant à un test de dépistage du VIH les femmes qui consultent pour des soins prénatals. Celles dont le diagnostic est positif reçoivent alors des soins complets et une thérapie antirétrovirale (TAR) tout au long de leur grossesse, y compris pendant l’accouchement. Les soins – pour la mère et l’enfant – se poursuivent ensuite pendant une période de 18 mois. Le programme vise ainsi à prévenir la transmission du VIH de la mère à l’enfant.

En novembre, le Bureau de L’Union Myanmar a célébré le succès du programme en organisant une manifestation spéciale, à laquelle étaient conviées les mères – et leur famille – suivies dans le cadre du programme. Cette manifestation a été l’occasion de présenter les parcours de mères et d’enfants qui ont pu être guéris, le but étant d'ouvrir également le programme aux époux pour les amener à se faire dépister et leur proposer, au besoin, une TAR.

Jusqu’en juin 2016, le programme PTME a permis de placer 988 mères sous TAR et d’empêcher 605 enfants de mères séropositives d’être infectés par le VIH.

À son troisième mois de grossesse, Myint Myint Thein a consulté pour des soins prénatals et c’est grâce au programme PTME qu’elle a découvert qu’elle était séropositive. Elle a alors bénéficié d’une prise en charge systématique (soins et services) et d’une TAR – avec son enfant – afin de réduire la transmission. Aujourd’hui âgé de 18 mois, son petit garçon n’a plus aucun risque d’être infecté par le VIH et peut mener une vie saine et normale.

« Au début, lorsque j’ai été diagnostiquée positive au VIH, j’ai ressenti de la peine et de la peur, mais aujourd’hui je me rends compte que grâce à la TAR proposée par L’Union je peux continuer à vivre et à mener une vie saine avec ma famille », a-t-elle expliqué. « Je tiens à  remercier L’Union pour le soutien qu’elle apporte aux établissements de santé et d’avoir permis à mon bébé de ne pas être infecté par le VIH. Je suis reconnaissante envers L’Union et ravie d’avoir pu bénéficier de ses services ».

Le programme PTME a été lancé en mars 2011, en étroite collaboration avec le Programme national du Myanmar de lutte contre le sida. Le programme est mis en œuvre par L’Union grâce à une subvention du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

 

Actualités