Au Myanmar, des bénévoles combattent la stigmatisation et soutiennent les patients pour suivre leur traitement jusqu’à son terme

Au Myanmar, le Programme pour accélérer le dépistage des cas suspects de tuberculose (PICTS) de L’Union et le Programme national de lutte contre la tuberculose agissent de concert pour améliorer la santé dans le pays et lutter contre les tabous culturels qui entretiennent la stigmatisation et compliquent l’accès aux soins pour les patients.

Un vaste réseau de bénévoles a été créé à travers le pays pour renseigner la population sur les symptômes de la tuberculose et les différentes possibilités d’accès aux traitements, sensibiliser à la maladie par le biais du porte-à-porte, identifier les cas suspects, recenser les personnes en contact avec les patients et faciliter le transport des expectorations entre le domicile des patients et les centres d’analyse.

Ces bénévoles jouent un rôle essentiel dans le cadre du programme PICTS. L’Union a recueilli le témoignage d’une famille qui a bénéficié des services rendus par ces bénévoles.

Atteinte d’une toux persistante depuis plus de cinq mois, une femme a reçu un jour la visite d’un bénévole qui lui a parlé de la tuberculose. Il lui a présenté les possibilités de traitement et l’a encouragée à aller se faire dépister, avec l’ensemble de sa famille. Grâce à cette intervention, la femme et son fils ont découvert qu’ils étaient atteints de tuberculose et ont alors entamé un traitement.

Le bénévole a continué de les soutenir, en leur apportant chaque jour leurs médicaments et en les orientant vers des services de soutien nutritionnel et psychosocial pour poursuivre leur traitement jusqu’à son terme.

« Maintenant, je sais qu’il est possible de guérir de la tuberculose. J’encourage les personnes qui souffrent de tuberculose à aller se faire soigner. Il n’y a pas lieu d’avoir honte de cette maladie. Il faut être courageux et suivre scrupuleusement le traitement car les chances de guérison sont bien réelles », a-t-elle expliqué à un membre du Bureau de L’Union Myanmar.

Elle et son fils ont aujourd’hui terminé leur traitement et mènent une vie normale.

Au Myanmar, le programme PICTS permet de proposer des services de dépistage en différents endroits du pays, atteignant une population de 3,5 millions d’habitants. Depuis le lancement du programme en 2012, 66 920 cas suspects de tuberculose ont pu être détectés grâce à l’action du vaste réseau de bénévoles déployé à travers le pays.

Le programme PICTS est financé grâce à une subvention du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

Actualités