Annonce d’une nouvelle étude, reliant le diabète à une infection tuberculeuse latente

Coïncidant avec la Journée mondiale de l'obésité, la conférence de presse d'ouverture de la conférence de l'Union internationale a mis en évidence une étude établissant un lien entre le diabète et l'infection tuberculeuse latente. Cette étude est la première étude sur une population pour rechercher s'il existe un lien entre l'infection tuberculeuse et le diabète.

Quelques autres études ont montré que les diabétiques, avec un mauvais contrôle glycémique (contrôle du diabète), sont plus à risque de développer la tuberculose. Cependant, relativement peu d'études se sont concentrées sur la relation entre le diabète et l'infection tuberculeuse. L'étude présentée cette semaine à la conférence internationale, est la première à évaluer la corrélation entre la glycémie ou le diabète, son contrôle et l'infection tuberculeuse.

José Luis Castro, directeur général de l'Union, qui présidait la conférence de presse, a expliqué comment cette étude fait partie des révélations des progrès accomplis, cette semaine : « La conférence de cette année est la preuve vivante que le renouveau dans le progrès scientifique a pris un essor encourageant, mais, parallèlement, les gouvernements doivent s'engager politiquement et investir dans la recherche et le développement pour maintenir leur dynamique. »

S'exprimant pendant cette conférence de presse, Leonardo Martinez, de l'Université de Stanford, qui a mené l'étude, a rapporté que cette étude sur une population a porté sur quelque 4000 personnes aux États-Unis, testées pour l'infection tuberculeuse et le diabète. L'étude montre que les diabétiques étaient plus nombreux à avoir contracté une infection tuberculeuse que les personnes sans diabète. Il a également montré que les personnes atteintes de diabète sévère étaient plus exposées à l’infection tuberculeuse.  

Leonardo Martinez a déclaré : « En général, il faudrait chercher une plus grande corrélation entre la tuberculose et le contrôle du diabète. Chacun est souvent resté dans sa tour d’ivoire, mais à moins d’une coordination, nous ne serons pas capables de lutter efficacement. »

L'étude conclut qu’un diabète mal contrôlé, présente un risque plus élevé de tuberculose latente et que ce groupe peut être ciblé pour un dépistage de tuberculose latente et une prise en compte du traitement antituberculeux.  

Ce fut le Dr Pablo Kuri Morales, sous-secrétaire aux maladies, la prévention et la politique de santé au ministère mexicain de la santé qui a apporté une vision locale à ces préoccupations. Il a affirmé que « vingt-quatre pour cent des cas de tuberculose au Mexique sont liés au diabète. » Exhortant une action, il a poursuivi : « Ces deux maladies sont liées à des causes sociales. Nous avons besoin d’avoir un échange d'informations clair entre ces deux domaines. Partager l'information et approcher ces éléments sociaux est crucial. »

Les résultats complets de cette étude seront présentés sous forme de résumé : Résultats prometteurs de l’étude sur le contrôle glycémique et la prévalence de l'infection tuberculeuse latente (LTBI) : étude basée sur une population utilisant l'HbA1c, la glycémie à jeun et la glycémie à 2 heures (OA-124-12), à Jalisco Hall, le jeudi 12 octobre entre 16h et 17h30

Actualités