À l’occasion de la Journée mondiale du poumon, L’Union souligne le problème urgent de santé publique posé par la pollution de l’air

À l’occasion de la Journée mondiale du poumon, L’Union souligne le problème urgent de santé publique posé par la pollution de l’air. Avec la tenue cette semaine de manifestations pour le climat à travers le monde et du Sommet Action Climat 2019 des Nations Unies, le bien-être de la planète se retrouve au cœur de l’agenda politique sur la santé.

Dans un nouveau rapport intitulé United in Science publié cette semaine, les principales organisations mondiales de climatologie présentent de façon détaillée les effets extrêmement nocifs de la pollution de l’air.

Le rapport souligne les dommages inquiétants causés par ce type de pollution, dans un contexte où les niveaux de gaz à effet de serre ont atteint de nouveaux sommets, la quantité de dioxyde de carbone (CO2) rejetée dans l’atmosphère entre 2015 et 2019 a augmenté de 20 % par rapport aux cinq années précédentes et les émissions de CO2 ont augmenté de 2 % en 2018 pour atteindre un niveau record de 37 milliards de tonnes.

Le coût humain de la pollution de l’air est élevé, car ce type de pollution constitue un facteur de risque critique pour les maladies non transmissibles. La pollution de l’air entraîne des maladies respiratoires comme l’asthme, la bronchopneumopathie chronique obstructive, des allergies, l’emphysème et le cancer du poumon. Les enfants sont particulièrement vulnérables aux effets de la pollution de l’air : l’exposition à cette pollution pendant la petite enfance, lorsque les poumons sont encore en développement, peut entraîner une réduction de la capacité pulmonaire qui persiste à l’âge adulte.

Au total, 91 % de la population mondiale respire un air insalubre, causant quelque sept millions de décès chaque année. Des mesures doivent donc être prises de toute urgence et les pays doivent s’engager plus résolument à mettre en place des solutions à long terme qui protègent les populations de la pollution de l’air.

En cette Journée mondiale du poumon, L’Union, dans le cadre du Forum international des sociétés de pneumologie, rappelle le droit de chacun de pouvoir respirer un air sain. Elle demande ainsi à tous les pays d’adopter les normes de l’Organisation mondiale de la Santé sur la qualité de l’air en vue de réduire la pollution de l’air extérieur, intérieur et sur le lieu de travail.

 

Actualités