72ème Assemblée mondiale de la santé : déclaration de L’Union sur la couverture santé universelle

À l’occasion de la 72ème Assemblée mondiale de la santé, les États membres ont évoqué la préparation de la réunion de haut niveau des Nations Unies sur la couverture santé universelle (CSU). L’Union a prononcé la déclaration suivante, appelant les États membres à tout faire pour que la prochaine déclaration politique sur la CSU opère en synergie avec les déclarations politiques précédentes relatives à la tuberculose et à d’autres types de maladies :

« En 2018, lors de la réunion de haut niveau des Nations Unies sur la tuberculose, les États membres ont approuvé une déclaration politique visant à mettre fin à l’épidémie mondiale de tuberculose. Celle-ci a fixé des objectifs précis à atteindre s’agissant d’élargir le diagnostic, le traitement et la prévention de la tuberculose, notamment en ce qui concerne les enfants, largement négligés jusqu’ici dans l’action contre la tuberculose. »

« Alors que 36 % des personnes atteintes de la maladie n’ont pas été diagnostiquées et que 90 % enfants décédés de la tuberculose en 2018 n’ont pas suivi de traitement, il ne fait aucun doute que le but de la CSU va de pair avec l’Objectif de développement durable consistant à éliminer l’épidémie mondiale de tuberculose à l’horizon 2030. »

« Dans l’optique de la réunion de haut niveau des Nations Unies sur la couverture santé universelle, nous soulignons qu’il est essentiel de veiller à ce que la prochaine déclaration politique sur la CSU opère en synergie avec les déclarations politiques précédentes relatives à la tuberculose et à d’autres types de maladies, comme la résistance aux antimicrobiens, les maladies non transmissibles et le VIH/sida. Nous souhaiterions que la déclaration politique sur la CSU mentionne la nécessité d’intensifier les soins en faveur de la tuberculose et des autres maladies visées par les ODD grâce à des soins de santé primaires, notamment en formant – et sinon en renforçant – les personnels de santé de manière à offrir un accès universel à des soins de qualité et centrés sur la personne. »

« De plus, nous souhaiterions que les systèmes de santé nationaux s’engagent à préserver les fonctions et les financements spécialisés qui s’imposent pour assurer des missions de haut niveau essentielles telles que la surveillance de la tuberculose, le suivi des programmes, la formation et la supervision. Le maintien de ces fonctions spécialisées revêt une importance capitale en vue d’offrir des soins de qualité et de suivre les progrès réalisés dans la lutte contre la tuberculose et d’autres épidémies au regard des cibles fixées par les ODD. »

 

Actualités