71ème Assemblée mondiale de la Santé : déclaration de L’Union sur la préparation de la réunion de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies sur la tuberculose

Lors du débat tenu aujourd’hui à l’Assemblée mondiale de la Santé à propos de la réunion de haut niveau des Nations Unies sur la tuberculose prévue en septembre, L’Union a prononcé la déclaration suivante :

L’Union internationale contre la tuberculose et les maladies respiratoires (L’Union) est une organisation scientifique mondiale avec pour mission de proposer des solutions aux problèmes de santé publique les plus urgents auxquels sont confrontées les populations pauvres, notamment la tuberculose.

La tuberculose est la maladie infectieuse la plus meurtrière au monde. On estime que 1,7 million de personnes en sont mortes au cours de l’année 2016. Chaque année, un million d’enfants contractent la maladie et 90 % d’entre eux ne reçoivent aucun traitement. On recense chaque année 600 000 nouveaux cas de résistance au médicament de première intention le plus efficace, si bien que la tuberculose pharmacorésistante est aujourd’hui devenue une crise sanitaire. L’incidence de la maladie diminue à un rythme largement inférieur à celui requis afin de réaliser la Stratégie de l’OMS pour mettre fin à la tuberculose.

La réunion de haut niveau des Nations Unies sur l’élimination de la tuberculose qui se tiendra cette année est la première réunion du genre organisée par l’ONU et constitue donc une opportunité pour mobiliser les responsables politiques en vue d’éradiquer la maladie. L’Union remercie le Secrétariat qui collabore avec l’Assemblée générale des Nations Unies pour faire en sorte que le document relatif aux modalités soit soumis avec succès.

L’Union exhorte les États membres à assurer un niveau de participation politique le plus élevé possible à la réunion de haut niveau et leur demande également de faire en sorte que la déclaration qu’ils approuveront comprenne les engagements suivants :

*             Atteindre toutes les personnes en comblant les lacunes en matière de diagnostic, de traitement et de prévention, notamment pour soigner 40 millions de personnes d’ici 2022, dont 3,5 millions d’enfants et 1,5 million de personnes atteintes de tuberculose pharmacorésistante ;

*             Faire évoluer la riposte contre la tuberculose afin qu’elle soit équitable, fondée sur les droits et centrée sur les personnes.

*             Accélérer la mise au point de nouveaux médicaments, diagnostics et vaccins essentiels pour éliminer la tuberculose.

*             Investir les fonds nécessaires pour mettre fin à la tuberculose ; et s’engager à exercer un leadership mondial décisif et responsable, notamment en faisant régulièrement rapport à l’ONU.

*             Les besoins spécifiques des nourrissons, des enfants et des adolescents doivent être dûment pris en compte dans le programme de la réunion de haut niveau, ainsi que dans la déclaration politique et le cadre d’obligation redditionnelle qui seront adoptés à l’issue de la réunion.

Actualités